27 avril 2017

Critique de jeu : DISHONORED 2


J’ai hésité avant d’acheter ce jeu-ci. Non pas parce que je croyais qu’il serait mauvais ou quelque chose comme cela, mais plutôt que je le trouvais trop dispendieux. Pour son prix, sa durée de vie est trop courte. Alors, j’ai attendu près d’un an afin qu’il soit à rabais pour que je m’y risque. Finalement, cela a valu la peine malgré tout. J’avais bien aimé le premier jeu de la série Dishonored mais je le trouvais un peu limitatif et aussi trop court...

Dans ce nouvel opus, nous nous retrouvons à Dunwall, la Grande Capitale, 15 ans après l’assassinat de l’Impératrice Jessamine Kaldwin. Sa fille, Emily règne sur le royaume en compagnie de son père Corvo Attano qui lui enseigne le maniement des armes et l’art du combat. Le jour de l’anniversaire de la mort de Jessamine Kaldwin, le duc de Serkonos, Lucas Abele, s’invite sans prévenir aux commémorations et présente à l’assemblée Delilah Copperspoon, qui annonce être la sœur cachée de Jessamine. S’autoproclamant impératrice légitime devant la foule médusée, elle ordonne aux gardes corrompus présents de mettre aux fers Emily et Corvo pour trahison, usurpation et pour les meurtres perpétrés au nom d’Emily par le «Tueur de la couronne».

À partir ce moment, le joueur pourra choisir qui il voudra incarner dans le jeu : l’impératrice Emily ou Corvo? Pour ma part, j’ai choisi l’impératrice et selon ce que j’ai lu, il est possible de refaire le jeu en utilisant le second personnage puisqu’ils n’ont pas tous les deux les mêmes pouvoirs. Ce qui est intéressant pour la rejouabilité. Cependant, pour ma part, je ne sais pas si je vais le refaire en utilisant Corvo. Il faudrait vraiment que l’issue de l’histoire en soit différente.

Ceci dit, dans ce nouveau volet, nous retrouvons encore une fois les graphiques semi-réels et semi-dessinés qui donnent une touche vraiment originale à l’ambiance. Les tableaux qui sont à visiter sont beaucoup plus vastes et comportent beaucoup plus de points d’entrée et de sortie que son prédécesseur. Il y a beaucoup de recoins à explorer.

Le personnage possède encore une fois des pouvoirs à développer et aussi des runes qu’il peut transporter et des armes à améliorer. Cependant, je me suis rendu compte que l’on a pas vraiment besoin de toutes ces runes, de ces armes différentes ou encore de pouvoirs pour terminer le jeu. Car, il n’est pas difficile en soi. Par exemple, j’ai mis plus d’emphase sur le pouvoir de me téléporter d’un point à un autre que d’essayer tout le reste. :P J’ai amélioré mon arbalète, et vers la fin du jeu : mon fusil. Au début du jeu, je me suis fait très furtif, et à la fin, je fonçais dans le tas. En fait, le jeu offre toute la latitude pour faire ce que l’on veut. Il n’y a semble-t-il pas de mauvaise façon d’y jouer??? Voilà!

Je dois souligner deux endroits en particulier dans le jeu que j’ai adoré visiter : la maison aux pièces qui bougent, et celui avec la machine à voyager dans le temps. C’était vraiment super! :)) Coté gameplay, rien à dire de ce côté. J’y ai joué avec la manette et non le clavier-souris comme dans le jeu précédent. Je n’y ai rencontré aucune difficulté. 

En terminant, je recommande ce jeu qui est une belle réalisation avec une bonne histoire. Toutefois, je le trouve dispendieux pour sa durée de vie. Il y a plusieurs recoins à explorer, cependant, ce sont surtout des livres à lire que l’on retrouve le plus. Un peu comme dans  le jeu Skyrim, (une autre réalisation de Bethesda) et malheureusement, je ne suis pas vraiment un grand lecteur...

Gr : 4Gm : 5In : 4 // Dv : (18 h environ)  Prix : 79,99$ (Steam)

Note : 13/15

Site officiel : https://dishonored.bethesda.net/fr

Bande-annonce :