07 janvier 2018

Critique de jeu : THE DWARVES


The Dwarves, voilà un jeu auquel je ne m’attendais à rien du tout, mais qui renferme un excellent potentiel d’idées. Plusieurs aspects du jeu sont vraiment intéressants. Toutefois, il en manque encore un peu pour que ce soit une excellente réalisation à mon avis. Sur ce, je m’explique...

Le jeu en soi est basé sur la série de livres du même nom et écrite par l’écrivain d’origine allemande : Markus Heitz. Personnellement, je ne connaissais pas du tout ces livres et cela ne m’a pas empêché d’apprécier ce jeu. Or, ma critique ne comportera pas sur le fait de savoir s’il correspond aux livres ou non, mais plutôt de savoir si c’est un bon jeu à la base. 

Pour l’histoire, c’est celle Tungdil, un nain forgeron qui a été élevé parmi les humains. Il sait qu’il existe cinq royaumes de nains qui se sont portés tout au long de leurs existences à la défense et à la protection du royaume (humains, nains et elfes tous confondus), mais il ne les a jamais visités (seulement en livres). Or la menace des orques et des gobelins sur les territoires frontaliers est de plus en plus présente, et bientôt celle-ci mettra tout le pays à feu et à sang. Alors, le tuteur de Tungdil lui confie une mission : celle de porter des artefacts à un endroit précis pour aider la cause, cependant, notre ami est loin de se douter que cette simple tâche qui semblait banale au début deviendra un véritable combat pour sauver le monde. 

The Dwarves mélange de bonne façon un jeu qui ressemble à un jeu de plateau de table avec des combats en temps réels. Combats que l’on peut mettre sur pause afin de donner des ordres précis à chacun de nos personnages. On a déjà vu ce style de combats dans des jeux comme Dragon Age par exemple. Il y a quelques bonnes animations en général, des dialogues lorsque vous rencontrez des personnages et entre les combats, vous vous promenez sur la carte du royaume. Vous avancez tour à tour à des endroits méconnus et des événements peuvent se déclencher. Par exemple, un combat contre un ennemi, des situations (dialogues) où vous devez prêter main-forte à quelqu’un, etc.

C’est probablement sur cet aspect que le jeu me semble vide de contenu. À moins que je n’aie pas été chanceux ou que je ne suis pas passé par des endroits clés, mais je n’aie pas rencontré beaucoup d’obstacles sur mon chemin. Je n’ai pas eu trop de combats, hormis ceux qui sont inévitables comme forcer le passage pour aller aux mines de fer. Ce qui est étonnant, c’est que tout le long de l’aventure, j’ai cumulé de l’argent, mais je n’ai pas vu de vendeurs ou de marchands itinérants. Bref, malgré la bonne idée de se déplacer sur une carte, c’est plutôt tranquille. À mon avis, il y aurait eu davantage à développer ce point-là, faire plus de rencontres aléatoires, arrêter dans les villes pour acheter des provisions, des armes, etc., etc. Dans tout le jeu, je crois que j’ai eu environ une dizaine de combats à faire. Ce qui est peu. Et les quelques rares lieux où l’on arrête (parce que l’histoire est faite ainsi), il n’y a pas grand-chose à explorer. Quelques dialogues à faire et c’est tout.

On a la chance aussi de rencontrer des amis qui se joindront à l’expédition de Tungdil. Pour ma part, plusieurs d’entre eux m’ont apparu tout à fait inutiles. Je veux dire que j’ai utilisé presque toujours les mêmes personnages pour l’entièreté du jeu. À la fin, les derniers combats se succèdent les uns après les autres, et ce, sans aucun répit. Je veux dire que si vous avez terminé un combat sur le point de mourir alors vous commencerez le suivant dans le même état. :( Et vous n’avez même pas la possibilité de sauvegarder votre partie entre les combats. Bizarre! Heureusement pour moi, je ne suis pas mort, mais j’imagine la frustration d’un joueur s’il doit recommencer tous les combats de fin du jeu. :P.

Pour les graphiques, je les ai trouvés corrects. Je veux dire qu’ils sont dans la norme de ce genre de jeu. Pour le gameplay, j’y ai joué avec le clavier-souris et c’est simple. Même les compétences des personnages sont simples et aussi limitées à + 1 objet à utiliser. Et sincèrement, elles sont assez compréhensibles pour savoir lesquels vous avantagent et celles qui ne le sont pas. Encore une fois, il aurait peut-être eu matière à développer cet aspect de graduation des compétences comme dans les autres grands jeux de RPG connus. Je dois souligner que la musique est vraiment intéressante. Et j’ai été surpris d’apprendre que c'est l’un de mes groupes de musique préférés : Blind Guardian qui a composé la chanson thème du jeu. Que vous pouvez voir sur YouTube au lien suivant : https://youtu.be/F5X7MXfLxEg.

En terminant, le jeu m’a tout de même bien diverti pour les quelques heures que j’y ai consacrées. Je n’ai pas eu de bogues ou quoi que ce soit de ce côté-là. À mon avis, c’est un jeu intéressant, mais qui aurait pu être grandiose si on avait pris le temps de mettre un peu plus de viande autour de l’os. Pour son prix versus son contenu, il est définitivement trop dispendieux. Attendez qu’il soit à rabais pour vous y risquer. C’est ce que j’ai fait!

Gr : 4Gm : 4In : 4 // Dv : (8 heures), Prix : 49,99$ (Steam)  

Note : 12/15

Site officiel : https://kingart-games.com/games/6-the-dwarves/

Bande-annonce :