20 juin 2017

Critique de jeu : STYX - SHARDS OF DARKNESS


Hé oui! C’est enfin le retour du gobelin parlant : Styx dans une nouvelle mission de furtivité. :) Pour ceux et celles qui ne connaissent pas encore le personnage, il a été introduit pour la première fois il y a plusieurs années dans un jeu développé par «Cyanide Studio» intitulé : «Of Orcs and Men». Puis, par la suite, le personnage de Styx a eu sa propre aventure dans le jeu : «Master of Shadows» (toujours développé par la même compagnie). Et maintenant, il nous revient, encore une fois, avec son deuxième opus solo : «Shards of Darkness». Ce qui est plaisant, c’est que l’approche et la mécanique du jeu s’améliorent toujours au fil du temps...

Oui, c’est un jeu qui peut nous faire penser à d’autres jeux de furtivité sur le marché tel que Assassin’s Creed, mais, je dois vous avouer que Styx possède sa propre personnalité qui le rend attachant ou pas, cela dépend des goûts. ;) Et le monde fantastique dans lequel il évolue est tout aussi intriguant. Son histoire est celle du voleur parfait qui accomplit des missions pour les plus offrants. Mais voilà, la Peste Verte (l’invasion des gobelins) attire dans son coin de pays les foudres du groupe de mercenaires humains (C.A.R.N.A.G.E.) chargés de les éliminer jusqu’au dernier. Cependant, ce sera les Elfes Noirs, avec l’aide d’armes magiques (puisant dans une force mystérieuse) qui menaceront véritablement l’existence des créatures vertes. Styx décidera alors d’aller explorer la cité Korrangar, la capitale des Elfes Noirs, afin de connaître de quoi il en retourne.

Pour ma part, c’est probablement l’histoire la plus digne d’intérêt que j’ai jouée avec ce gobelin jusqu’à présent. Comparativement avec les jeux précédents, il a su capter mon attention jusqu’à la fin. Il faut dire que les concepteurs ont amélioré plusieurs aspects du jeu. Notamment les cinématiques qui ne sont plus des dessins statiques, mais des animations 3D. Pour le reste, les compétences (invisibilité, se cloner, fabriquer des objets, etc.) restent les mêmes, mais on y a mis un peu plus d’emphase sur la fabrication d’objets. Même si ce dernier volet aide grandement, il n’est pas nécessaire pour faire le jeu, car il demeure dans son ensemble facile à réaliser.

Mon seul bémol, c’est que l’on accorde des points sur le fait de ne pas tuer des ennemis. Cela, je suis un peu en désaccord. Avoir des points pour être furtif, ok. Avoir des points pour ne pas faire sonner d’alarme, ok. Mais, le fait de ne pas avoir de points pour avoir éliminé discrètement nos ennemis et cacher leurs cadavres, ah non! Je trouve que c’est enlever une facette fort captivante du jeu. :( C’est ce que j’aime dans les jeux de furtivité... Juste le fait de pouvoir empoisonner la nourriture de nos adversaires, c’est génial! Alors, pourquoi ne pas accorder de points là-dessus?

Un autre aspect qui m’a fait grincer les dents quelquefois, c’est le déplacement du gobelin lorsqu’il saute d’une plateforme à une autre, ou attraper une corde en vol, on dirait que le jeu à de la difficulté à détecter les obstacles. Par exemple, il m’est arrivé souvent de sauter pour attraper une plateforme à portée de mes petits bras (quasiment la face dedans), mais comme l’angle ne semblait pas parfait, oups, il manquait son coup, le précipitant vers une mort certaine... :P Cela m'a ennuyé.

Pour ses graphiques, je crois que ce jeu n’a rien à envier aux autres sur le marché, car il est très beau. Je dois même dire que les tableaux à explorer ont été bien réalisés et pensés pour les moindres recoins qui donnent avantage à notre voleur. Un autre point négatif, c’est qu’ils ne sont pas assez diversifiés. Je veux dire qu’il y a environ 5 tableaux en tout dans le jeu et on les revisite. D'accord, on nous met de nouveaux ennemis pour ne pas s'ennuyer et les points d'entrées ne sont pas les mêmes mais je crois que sur cet aspect les concepteurs du jeu auraient pu faire mieux.

Concernant le gameplay, j’y ai joué avec la manette pour PC. C’est assez simple dans son ensemble, mais je vous avoue que le jeu ne nécessite pas de tout utiliser comme options pour le terminer. Donc, comme moi, c’est à la fin du jeu que j’ai découvert comment effectuer une roulade avec Styx. :P Hahaha! Cela vous prouve une chose : ce n’est pas un essentiel dans ce jeu. J’ai utilisé quelques objets comme les pièges d’acides, flèches et/ou du sable pour étendre les torches. Toutefois, vous pouvez réaliser ce jeu comme bon vous semble avec ou sans l'aide de votre inventaire.

En terminant, je recommande ce jeu malgré les quelques points négatifs que j’y ai trouvés. Car, dans son ensemble, ce jeu est amusant, le personnage principal est divertissant et il y a tous les ingrédients pour captiver l’attention des joueurs qui aiment les jeux de furtivité. 

Gr : 5Gm : 4In : 4 // Dv : (16 h)  Prix : 49,99$ (Steam)

Note : 13/15




Site officiel : http://www.styx-game.com/

Bande-annonce : 

11 juin 2017

Critique de jeu : GEMINI : HEROES REBORN



Voilà un petit jeu intéressant d’une compagnie que je ne connaissais pas du tout et qui, je vous avouerai, m’a agréablement surpris. À mon avis, Imperative Entertainment possède de bonnes idées ici, et si elles sont bien exploitées dans un futur proche pour une suite à ce jeu, cela risque de payer gros et avoir un bon succès auprès des «gamers».

L’histoire, c’est celle de Cassandra : une jeune femme dans la vingtaine qui se rend avec l’un des amis dans une base militaire en ruines et à l’abandon afin de retrouver le passage de ses parents disparus. Mais voilà, l’endroit en décrépitude n’est pas aussi désert qu’ils le croient. Des soldats patrouillent les lieux afin de protéger les derniers secrets qui s’y cachent. Malheureusement, l’ami de Cassandra se fera capturer et elle devra le sauver. Cependant, au cours de sa mission de sauvetage, elle découvrira des détails intéressants à propos de son passé et de mystérieux pouvoirs télékinétiques qui se développent soudainement. Elle se rendra compte que cette base militaire pourrait bien faire partie de son passé oublié.

Le scénario du jeu est tout de même intéressant, un peu cliché en soi, mais suffisant pour vouloir poursuivre l’histoire de la jeune fille. J’ai pas mal ri de la réaction de Cassandra lorsqu’elle découvre qu’elle a des pouvoirs. Cela ne semble pas l’affecter le moins du monde. Du genre : «Ah ok, cool! J’ai des pouvoirs. Bon, c’est quoi la suite?» Hahaha! ;) Bref, on tourne les coins ronds pas mal vite sur certains points qui auraient valu un peu plus d’explications, mais ce n’est pas grave, c’est un jeu d’action après tout. Et les pouvoirs sont assez géniaux à utiliser. De plus, on m’a dit que le jeu serait en lien avec la série télévisée «Heroes»? Personnellement, je ne l’ai jamais suivi alors croyez-moi, cela n’affecte en rien la compréhension de l’histoire du jeu. Aucune inquiétude à avoir de ce côté-là!

Parlant de pouvoirs, ce jeu combine plusieurs aspects que l’on retrouve dans d’autres jeux et qui sont bien agencés ici. La plupart des tableaux à explorer contiennent des obstacles à éviter, des endroits à escalader, des tuyaux d’aération à s’engouffrer, cela m’a rappelé un peu le jeu de «Mirror's Edge». Vous vous faufilez un peu partout dans le décor. L’aspect du pouvoir de télékinésie où l’on peut déplacer des objets d’un endroit à l’autre, les tirer par la tête des soldats qui vous pourchassent est très intéressant. Vous pouvez aussi ralentir le temps comme dans ce vieux jeu «Timeshift». Ceci vous permet de contourner vos ennemis rapidement ou tout simplement les semer derrière vous. Et là, le summum : c’est lorsque vous ralentissez le temps et que vous utilisez la télékinésie à la fois pour retourner les balles de fusils contre vos ennemis, voire même un missile de lance-roquette en plein vol (image ci-dessous). Ceci est tout simplement grandiose. :)  

Un autre point positif que je me dois de souligner dans ce jeu est le passage dans le temps. Ce pouvoir permet, sans quitter les lieux, de se projeter dans le passé où la base militaire était fonctionnelle ou encore dans le futur, lorsqu’elle est en ruines. Et vous pouvez faire cela presque en tout temps!! On a déjà vu ce principe ailleurs dans d’autres jeux, mais pas utilisé d’une façon aussi facilement exploitable comme dans ce jeu. Combien de fois, je me suis fait courir par des ennemis dans le passé et proche de la mort, et soudain je me fais un portail dans le futur et vlan! Plus aucun problème, je peux avoir un répit. Super!

Côté graphique, c’est la norme. Ni plus ni moins. Quoique, parfois, cela me semblait un peu carré comme environnement, personnages et objets, mais rien d’alarmant. Côté gameplay, j’y ai joué avec une manette pour PC. C'est facile d'utilisation. Cependant, j’ai eu beaucoup de difficulté à attraper les balles de fusil, je ne sais pas pourquoi. Les missiles, c’est facile. Quelques fois, je suis resté bloqué, car je ne savais pas que je pouvais amener avec moi un objet dans le passé et vice-versa. Certains dialogues ne sont pas déclenchés au bon moment. Il a fallu que j’aille sur Youtube pour voir la soluce d’un endroit où j’étais coincé. Bon, cela m’est arrivé peut-être 2-3 fois dans l’entièreté du jeu, mais c’est tout de même une instabilité. :(

En terminant, Gemini Heroes Reborn est une belle réalisation que je recommande à tous. Il n’est pas cher, il est facile à réaliser et il y a des pouvoirs sensationnels qui donneront lieu à des combats spectaculaires. À vous de l’essayer... 

Gr : 5Gm : 4In : 4 // Dv : (5 h)  Prix : 16,99$ (Steam)

Note : 13/15

Site officiel : http://www.imperativeentertainment.com/heroesuniverse/gemini/

Bande-annonce : 

04 juin 2017

Critique de jeu : OUTLAST 2


Bienvenue en enfer!!! Si vous n’avez jamais encore joué à Outlast, alors préparez-vous à une incroyable immersion au cœur de l’horreur. Avis : Personne sensible s’abstenir... je suis sérieux! De plus, par la nature de son contenu, il s’adresse aux joueurs adultes (18 ans et plus). Donc, à ne pas jouer en famille, à moins de vouloir créer un traumatisme délibéré chez les plus jeunes à la maison... :P

Ceci dit, la compagnie «Red Barrels» a su reprendre tous les mêmes ingrédients (lisez ma critique sur le jeu précédent) qui avaient fait le grand succès de leur premier opus pour leur suite tant attendue. Et ils ont même bonifié celui-ci en nous plongeant dans un monde insolite et très obscur. Oui, vous allez vous ennuyer de la lumière du jour. C’est certain!

L’histoire, c’est celle de deux journalistes : Blake et sa femme Lynn Langerman. Ils sont en mission afin d’élucider la mort mystérieuse d’une femme enceinte retrouvée, il y a quelque temps, dans le désert de l’Arizona. En se rendant sur les lieux en hélicoptère, l’appareil s’écrase soudainement, et Blake se retrouve tout seul après l’accident. Sa femme Lynn a mystérieusement disparu. Et à son grand étonnement, il découvrira un village aux conditions de vie misérables et dont les habitants sont empreints d’un fanatisme religieux dirigé par un gourou sans pitié. Et pour ne pas aider à la situation, la vallée où se trouve cet endroit lugubre semble constamment voilée par des nuages épais filtrant la lumière du jour. 

Bref, il y a beaucoup d’idées et de tabous dans ce jeu pour un scénario tordu où vous aurez des frissons dans le dos. Garanti! Si vous voulez augmenter le stress à son paroxysme, je vous recommande d’y jouer dans le noir avec une bonne paire d’écouteurs. Je suis pas mal certain que vous sursauterez sur votre chaise par endroits. ;)

Côté graphique, il possède la même excellente qualité que son prédécesseur. Et du côté gameplay, il est aussi facile d’utilisation avec une manette Xbox pour PC. L’ambiance de ce jeu est principalement basée sur les sons (balance), les endroits sombres et insolites à explorer ainsi que l’histoire. Il y a des moments forts où l’on se demande qu’est-ce que l’on ferait si cela nous arrivait réellement ? 

Cependant, le seul point qui peut être frustrant, voire négatif, d’un jeu tel que Outlast est que nous ne pouvons jamais nous défendre. :( Il faut toujours se sauver en courant. Je veux dire : que nous ne pouvons pas tuer des gros méchants, cela me va, mais lorsque nous sommes confrontés à des sous-fifres, cela pourrait être agréable de pouvoir se défouler un peu, non? En tuer ou en assommer quelques-uns. Question de nous donner de faux espoir de réussite? Hahaha! ;) 

En terminant, je recommande ce jeu à tous les amateurs de jeux d’horreurs. À mon avis, ce jeu surpasse son prédécesseur en tout point. Et même si je suis quelqu’un qui préfère les jeux qui durent plus longtemps, je crois que c’est bien qu’il ne le soit pas, car on finirait par banaliser l’ambiance et les concepteurs du jeu n’auraient plus l’effet escompté chez les joueurs. Alors, à vous de l’essayer, si le cœur vous en dit? :)


Gr : 5Gm : 5In : 5 // Dv : (7 h)  Prix : 32,99$ (Steam)

Note : 15/15

Site officiel : https://redbarrelsgames.com/games/outlast-2/

Bande-annonce :

01 juin 2017