09 août 2017

Critique de jeu : ATTACK ON TITAN - Wings of Freedom


Bien sûr, après avoir écouté judicieusement A.O.T. (la série télévisée manga) sur NetFlix, il me fallait jouer au jeu du même nom. :P D’habitude, les adaptations de dessins animés sont souvent des échecs, mais pas dans ce cas-ci. De plus, c’est la compagnie KOEI TECMO qui s’est occupée de développer ce jeu une fois de plus, car ce n’est pas la première fois que l’on voit leurs produits à l’œuvre. On qu’à penser dernièrement sur ce blogue où j’ai pu jouer à One Piece Pirate Warrior 3 ou encore, Berserk and the Band of the Hawk, tous deux tirés de mangas japonais existants. C'est comme si cette compagnie se spécialisait uniquement dans l’adaptation de dessins animés.

Ceci dit, j’ai adoré ce jeu, voire quasiment dévoré! Héhéhé! ;) Premièrement, parce que les graphiques sont une représentation fidèle du dessin animé. Deuxièmement, parce que le gameplay, comparativement aux deux autres jeux que j’ai mentionnés ci-haut, est beaucoup plus facile. Oui. Au début, il faut s’habituer aux commandes, apprendre à attaquer et tourner autour des titans, mais une fois cela maîtrisé, le reste, c’est un jeu d’enfant. :) Et finalement, je me suis immergé totalement dans le monde des titans, car même si le jeu est répétitif, cela va admirablement bien avec la thématique de l’histoire : il faut tuer des Titans pour que la race humaine puisse continuer de prospérer entre les murs des cités.

Évidemment, si vous n’avez pas vu la série télévisée, le jeu vous permet de reprendre les aspects les plus importants de l’histoire A.O.T., ce qui correspond à la saison 1. Si vous ne connaissez pas l’histoire alors, c’est celle d’Eren Jäger, un jeune homme qui vit dans un monde (cités) où l’humanité est entourée d’immenses murs pour se protéger de créatures gigantesques, les Titans. Ces monstres, d’apparence humaine et dépourvue d’intelligence, n’ont qu’un seul but : manger les humains. Leurs appétits sont sans limites. Nul ne sait d’où ils viennent et comment ils sont apparus sur Terre. Mais en peu de temps, ils ont failli décimer la population mondiale et c’est pourquoi les derniers humains se sont barricadés derrière de gigantesques fortifications. À l’abri depuis près de cent ans, un événement inattendu créera une brèche dans l’un des murs et la menace des Titans sera à nouveau belle et bien réelle pour les défenseurs de l’humanité. Serez-vous capables d’arrêter l’invasion ?

Comme je le disais précédemment, les graphiques ressemblent en tous points aux lieux et aux endroits que l’on voit dans la série télévisée. Et de plus, on y retrouve aussi tous les personnages connus. Les Titans ont la même apparence similaire que celle des dessins animés et pour tout vous dire, c’est qui rend l’ensemble du jeu immersif et crédible. Sur ce point, je vous avoue, c’est très réussi.

Ce jeu est un hack 'n' slash et notre unique mission : c’est celle de protéger les humains contre l’extinction par les Titans, et ce, en incarnant le personnage principal Eren Jäger. Armé de vos deux épées et de votre machine à propulser, vous partirez à l’attaque des envahisseurs. Au départ, j’avais peur que le jeu demande une dextérité trop grande pour pouvoir effectuer des attaques (ex : des combos à exécuter, etc.), mais heureusement pour moi, cela est demeuré simple. Oui, il y a un peu de pratique au début, mais vous maîtriserez rapidement les rudiments. Et croyez-moi venant de la part d’un joueur comme moi qui a toujours eu de la difficulté avec sa manette dans certains jeux japonais, si je vous dis que je peux le faire alors, vous aussi! :))

Évidemment le but ultime de ce jeu est de protéger les villes contre l’invasion des Titans. Chaque étape de l’histoire est un tableau que vous allez devoir explorer et dont vous devez éliminer la présence de tous les Titans vivants (ou presque). À la fin de chaque combat, votre performance est évaluée selon une note. Et vous obtenez aussi des ressources qui vous permettront d’améliorer vos armes et aussi votre équipement. Cependant, la difficulté du jeu n’est pas compromise sur le fait que vous ayez le meilleur équipement possible ou non. La réussite d’un tableau est basée sur certains objectifs à accomplir. 

Ce que vous devez savoir c’est que la majeure partie de l’histoire du jeu est basée sur la saison 1 de la série télévisée. Donc, une fois que vous l’aurez terminée, après plusieurs heures, le jeu ne s’achève pas là. Vous tomberez dans ce que j’appelle la partie 2 du jeu qui consiste à explorer, défendre de nouveaux territoires et vous pourrez toujours continuer à améliorer votre personnage ou encore, à ce stade-ci, essayer d’autres personnages de la série. Selon moi, c’est un bon incitatif pour garder l’intérêt des joueurs. Pour moi, ça a marché!

En terminant, je recommande aisément ce jeu à tous ceux et celles qui ont adoré la série. Pour les autres, essayez-le, et peut-être que vous aussi deviendrez un fan de A.O.T ? Qui sait ? 

PS: Le jeu est en version original, sous-titres en anglais.

Gr : 5Gm : 5In : 5 // Dv : (16 h)  Prix : 66,99$ (Steam)

Note : 15/15

Site officiel : http://www.koeitecmoamerica.com/attackontitan/top.html

Bande-annonce : 

03 août 2017

Bande-annonce : Redeemer

Tiens! Voilà un jeu qui me semble prometteur... :)

Critique de jeu : DEUS EX - MANKIND DIVIDED


En 2011, lorsque la jeune compagnie Eidos Montréal a sorti Deus Ex : Revolution, j’avais acheté le jeu avec de grands espoirs (notamment pour encourager une compagnie de mon petit coin de pays;) ), mais, malheureusement j’avais été très déçu sur plusieurs aspects de ce premier opus. Tellement que je m’étais juré de ne pas acheter la suite. :P Or, Deus Ex : Mankind Divided est apparu sur le marché l’an passé (2016) et ce n’est que la semaine dernière que je m’y suis risqué. Finalement, il est beaucoup mieux que je l’imaginais...

Avec un personnage qui a une apparence qui nous fait penser à Neo dans la Matrice et un environnement qui ne va pas sans nous rappeler le monde de Blade Runner, Deus Ex : Mankind Divided est un petit chef-d’œuvre au niveau du visuel. Les lieux sont peaufinés, crédibles et très bien adaptés à l’univers de la science-fiction. Bien sûr, comme je n’ai pas acheté le jeu à sa sortie, je n’y ai vu aucun problème (bugs). Si ce n’est que les tableaux dans lequel doit évoluer le personnage sont très à long à charger, même pour une machine aussi performante que la mienne. C’est peut-être l’un des reproches majeurs que j’aurais à lui faire, mais je vous avoue en toute sincérité qu’il y a du mérite à être patient, car une fois le chargement terminé, le contenu est fluide. C’est peut-être le prix à payer pour avoir des graphiques aussi beaux. ;)

Pour l’histoire : c’est celle d’Adam Jensen, un ancien policier des forces spéciales dont une grande partie de son corps a été remplacé par des membres cybernétiques à la suite d’une explosion l’ayant laissé pour mort. Aujourd’hui, en 2029, les humains « augmentés » (ayant des membres robotisés) sont une chose courante dans la société. Cependant, ils sont mis à l’écart des autres humains « naturels » à cause d’un événement sans précédent qui a causé la mort de plusieurs milliers de personnes sans augmentation dans le monde. Dès lors, de nouvelles factions sont apparues. D’un côté, il y a les humains « naturels » qui militent contre le droit à l’augmentation, voire même de vivre dans les mêmes endroits que les gens qui en bénéficient, et de l’autre, il y a les humains « augmentés » qui en ont assez de vivre dans un climat d’oppression. Tout cela amènera son lot de fanatiques dans les deux camps et des attaques terroristes connaîtront leurs débuts...

Pour sa part, Jensen (mi-homme mi-robot) qui travaille pour la force spéciale de Interpol se retrouvera aux prises avec un incroyable dilemme : celui de protéger ses semblables contre les injustices ou de continuer à faire respecter la loi malgré l’oppression. Et il sera amené à faire des choix cruciaux lorsqu’il découvrira que des attentats terroristes se trament dans sa ville. Pour quel camp optera-t-il ? C’est à vous de choisir...

Je dois vous dire que j’ai bien aimé l’histoire comparativement à son prédécesseur. J’ai trouvé la trame principale ainsi que les missions secondaires intéressantes. Pour ceux et celles qui n’ont jamais joué à Deus Ex auparavant, ce jeu se classe parmi les FPS et aussi à la fois RPG. En tant que joueur, vous serez amené à ramasser des indices autour de vous afin d’ajouter un peu plus à la compréhension de l’histoire en général. Mais, cela fera aussi appel à votre dextérité au tir au fusil lors des combats. Toutefois, ce jeu peut-être réalisé avec un minimum de confrontations si vous le désirez. Il s’agit tout simplement d’être un peu discret dans vos déplacements ou actions à commettre.

Le personnage possède une série de compétences que vous pouvez améliorer au fil du jeu. Ceci dit, il n’est pas nécessaire de toutes les débloquer pour réussir le jeu. Pour ma part, je n’ai pas du tout débloqué celles cachées qui amenaient de la surtension à mon système biomécanique (oui, celles qui semblaient vraiment amusantes), et j’ai réussi le jeu pareil. Donc, si pour vous dire que si vous êtes discret, vous pouvez pas mal tout réaliser. Dans l’essentiel, vous avez besoin de force pour déplacer les objets lourds et des compétences de « hacking » pour les ordinateurs. Le reste, c'est secondaire. ;) 

Ensuite, vous avez une panoplie d’armes que vous pouvez transporter. Cependant, comme les jeux de Resident Evil, votre espace est limité. Mais, vous pouvez l’agrandir au fil du temps. Pour ma part, un petit fusil lançant des balles électriques m’a suffi pour éliminer toutes les menaces (ou presque). Et si au départ du jeu, j’étais la personne la plus furtive qui soit, je vous avouerai que vers la fin, je me suis à éliminer allègrement tous les policiers de la ville, et ce, pas d'une façon subtile. Je crois qu’en ayant accompli toutes les missions secondaires avant de réaliser la trame principale, cela m’a donné assez d’expérience pour devenir une véritable machine de combats.

Coté gameplay : j’y ai joué avec le clavier et la souris. Pour les jeux de tirs, en général, cela est mon style de configuration préféré. Et comme les tirs à la tête sont importants dans ce jeu, alors la précision est de mise dans ce cas-là. J’ai donc laissé ma manette de côté. De plus, je dois souligner l'excellence de la musique dans le jeu qui nous rappelle celle de Vangelis (Blade Runner) et qui va bien avec l’ambiance. Et ce, sans oublier, la traduction francophone qui est bien réalisée.  

Comme points négatifs, il y a quelques aspects qui sont répétitifs dans le jeu : notamment les piratages d’ordinateurs et aussi le fait que l’action se déroule en majeure partie dans la ville de Golem. On réalise beaucoup de va-et-vient entre les quartiers. Cependant, les concepteurs ont été assez futés pour mettre, au cours de l’histoire, deux ou trois tableaux supplémentaires pour faire sortir le joueur de son encadrement familier. Et cela, je crois que c’est une très bonne idée puisque ça enlève la monotonie des lieux trop souvent visités et ajoute du piquant pour le joueur. En tous cas, moi, cela a gardé mon intérêt jusqu’à la fin du jeu.

En terminant, je recommande facilement ce jeu à tous puisque c’est une belle réalisation en soi. Je suis content que la compagnie Eidos Montréal (avec Square Enix) ont su améliorer le jeu comparativement à son prédécesseur, et ce, sur plusieurs aspects. Félicitations! Et bon jeu...

Gr : 5Gm : 5In : 4 // Dv : (30 h)  Prix : 69,99$ (Steam)

Note : 14/15

Site officiel : https://www.deusex.com/

Bande-annonce : 

01 août 2017

25 juillet 2017

Critique de jeu : BAYONETTA


Depuis les dernières années, on voit de plus en plus de jeux qui ont fait leurs succès sur console être adaptés pour les PC. Pourquoi ? Parce que les compagnies ont fini par réaliser que leurs vieilles exclusivités peuvent faire encore de l’argent sur la plateforme PC. Assez pour couvrir les frais de conversion (portage) et même faire des profits intéressants $$$. De plus, certaines compagnies comme CAPCOM possèdent maintenant leurs propres équipes de conversion (au lieu de faire affaire avec des gens de l’externe ou autre compagnie), ce qui doit réduire grandement les coûts de l’opération. En fait, les conversions sont de plus en plus réussies comparativement avec ce qui se faisait il y a quelques années. Et voilà que SEGA y va aussi avec sa conversion sur la plateforme PC d’un de leurs grands classiques de 2009 : Bayonetta. Et selon moi, c’est très réussi. :)

Bayonetta est un jeu de Hack'n’Slash en vue à la 3e personne et qui ne va pas sans nous rappeler la série des jeux : Devil May Cry. C’est un jeu de combats où vous tabasserez des créatures à profusion, parfois plus grandes que nature, et tout cela d’une manière plutôt décontractée. Héhéhé! ;) L’histoire, c’est celle d’une sorcière qui a été ranimée il y a 20 ans de cela et qui n’a aucun souvenir de son passé. Tout ce qu’elle sait : c’est qu’elle appartient à un clan des ténèbres qui a disparu de la surface de la Terre il y a longtemps et que le clan de la Lumière semble posséder toutes les réponses sur qui elle est vraiment. Armée de fusils à ses mains et attachés à ses bottes, de pouvoirs magiques et d’une longue chevelure qui permet de conjurer de puissants démons, elle balayera tout sur son passage afin de connaître la vérité.

Malgré que le jeu date de plusieurs années déjà, les concepteurs ont fait un bon travail pour peaufiner l'apparence des personnages en HD. Les décors sont un peu carrés mais ce n'est pas assez pour nous empêcher de bien apprécier le jeu. Le personnage est charismatique et sa personnalité possède un certain charme. Par contre, ce qui m'a fait rire pas mal, c'est que certaines des attaques de Bayonetta requièrent qu'elle nous fasse une petite danse à la Vogue de Madonna ou même encore comme celle d'une danseuse exotique (striptease). Admettons que cela faisait un peu hors contexte quand on s'imagine le genre de créatures avec lesquels elle doit se battre. 

Tout comme les jeux de Devil May Cry, il y a un pointage qui est attribué à la fin de chaque tableau que l’on explore et qui est basé sur notre capacité à bien se battre. Plus, on utilise des combos spectaculaires et que l’on élimine rapidement l’adversaire sans se faire toucher et meilleure sera notre note finale. Évidemment, pour ma part, j’ai eu peur d’être confronté à un échec total du jeu, étant ma pauvre dextérité avec une manette de jeu pour PC:P MAIS, heureusement pour moi, le niveau de difficulté du jeu peut se modifier à facile pour que les combos puissent se déclencher plus facilement. Bon, je n’ai aucune honte à avouer que je faisais à peu près n’importe quoi et je m’en suis sorti avec succès. En fait, cela m’a permis d’apprécier l’histoire au complet et de bien m’amuser par la même occasion. C’est ça l’important, non ? :)

Le jeu vient aussi avec son lot de musique lors des combats, et ce, afin de mettre un peu de piquant à l’ambiance, mais sincèrement, j’y ai moins porté attention dans ce jeu que DMC par exemple. Dans ce jeu, il est possible de débloquer de nouvelles armes, de nouvelles compétences (combos) pour notre personnage, mais tout dépend à quel niveau de difficulté vous êtes. Moi, malgré tout, j’ai pu terminer le jeu avec le strict minimum. Cependant, je suis persuadé que je suis passé à côté de plein de trucs secrets et objets superbes.

En terminant, je recommande ce jeu à tous les fans de ce genre. C'est un bonne conversion de jeu de console vers la plateforme PC. Et il est divertissant!


Gr : 4Gm : 4In : 5 // Dv : (8 h)  Prix : 24,99$ (Steam)

Note : 13/15

Site officiel : www.bayonetta.com

Bande-annonce :

23 juillet 2017

Critique de jeu : MAFIA 3


Ce n’est que tout dernièrement que j’ai finalement acheté Mafia 3 au rabais. Et ce, même si j’avais tout de même aimé son prédécesseur. :) Il faut dire que depuis sa sortie, il y a plusieurs mois, les critiques ont toujours été mitigées à son égard. Cependant, en y jouant, je ne vois pas ce qui cloche vraiment, à part un aspect de missions légèrement répétitif. Pour le reste, c’est un jeu de grande qualité qui n’a rien à envier à ce qu’il se fait sur le marché (graphique, musique, storytelling, etc.) Pour moi, Mafia 3 se veut aussi divertissant qu’un GTA 5. Toutefois, il est légèrement moins ambitieux que son concurrent.

L’histoire, c’est celle de Lincoln Clay, un Afro-Américain qui est de retour à New Bordeaux (ville fictive) de la Louisiane aux États-Unis, et ce, après avoir participé à la guerre du Viêt Nam. La ville de la Nouvelle-Orléans de la fin des années '60 est aux prises avec plusieurs questions raciales et autres problèmes divers, si bien que Clay décidera de s’associer avec une bande de malfrats afin d’aller commettre un important vol de banque. Malgré la réussite de son coup, Lincoln est loin de se douter qu’il sera trahi par les membres de son gang qui le laissera pour mort. Ses anciens complices associés à la mafia italienne locale ne désirent pas partager le pouvoir. Toutefois, ils ne se doutent pas que Lincoln est encore en vie. Celui-ci, avec l’aide de son ami John Donovan, agent de la CIA, il cherchera à se venger et reprendre le contrôle de la ville de New Bordeaux. Pour ce faire, il devra aussi s’associer à de nouveaux partenaires...

Premièrement, je dois vous dire que je suis un fan de la fin des années '60 puisqu’il s’agit d’une grande époque de changements sur plusieurs aspects de notre société. Et même si je ne suis pas né durant cette période, j’ai été toujours fasciné par cette espèce d’insouciance collective comme si tout était permis à cette époque. Le développement culturel amenait vers de nouveaux horizons, tant au niveau social, artistique que musical. D’ailleurs, je dois souligner que le jeu possède une bonne trame sonore de vieux succès de ces années-là!

L’ambiance, les décors, les lieux et tout ce qui compose le monde ouvert de New Bordeaux sont très réussis et nous semblent aussi crédibles. Côté graphique, c’est parmi le mieux de ce qui se fait sur le marché en ce moment ainsi que les animations (mini-films) qui ont été réalisées avec des « motions capture » afin de coïncider avec les dialogues (en anglais). Ceci dit, moi, j’y ai joué dans ma langue maternelle, et le jeu est très bien traduit.

Le point fort de ce jeu est sans l’ombre d’un doute, le scénario. J’y ai accroché sans retenue et c’est probablement pourquoi j’y ai joué presque sans relâche. ;) Ceci dit, là où le jeu peut sembler faire défaut, c’est que les missions secondaires sont répétitives. De plus, il y a des endroits que l’on visite et dès que l’on revient à notre cachette, il faut y retourner pour y tuer un boss, par exemple. Donc, malgré que c’est un monde ouvert, je ne comprends pas pourquoi les concepteurs du jeu n’ont pas utilisé cela à leur avantage. Comme j’aime beaucoup les jeux de furtivité, lorsque je viens d’explorer un endroit et de nettoyer la place de tous les malfrats et que par la suite, on me demande d’y retourner alors ma tactique demeura la même. Sur ce point, j’ai été un peu déçu.

Bien sûr, le jeu demeure facile à réaliser et l’intelligence artificielle des ennemis peut laisser à désirer. (voir image ci-dessous). Il est possible de tuer tous les ennemis discrètement au couteau de chasse. Il suffit de siffler pour les attirer et d’attendre qu’ils viennent me voir pour les éliminer un à un. J’ai déjà décimé un immeuble au complet avec cette tactique.

Côté gameplay : j’y ai joué avec une manette de jeu pour PC. C’est un jeu qui est configuré dans les normes, et il n’y a pas de super combos compliqués à exécuter. Normalement, pour un jeu de tirs, j’aurais utilisé la souris et le clavier, mais dans ce cas-ci, ce n’est pas très difficile.

En terminant, ce jeu est une belle réalisation en soi. Et même s’il est répétitif, juste pour son scénario intéressant et bien développé, il en vaut vraiment la peine. Je n’ai pas de honte de le recommander à mes amis « gamers » qui aiment ce type de jeux.


Gr : 5Gm : 4In : 4 // Dv : (40 h - 100% complété)  Prix : 49,99$ (Steam)

Note : 13/15

Site officiel : https://mafiagame.com/fr/

Bande-annonce : 

16 juillet 2017

Critique de jeu : SNIPER GHOST WARRIOR 3


Voilà un jeu que j’ai vraiment hésité avant d’acheter. :P Pourtant, je suis un véritable fan de jeux de tirs (FPS), et tout particulièrement des missions solos de ce genre. Mais à sa sortie, SGW3 a reçu tellement de mauvaises critiques que j’ai attendu qu’il soit à rabais (et aussi plus stable) avant de m’y risquer. Malheureusement, j’ai été tout de même déçu. :( Je crois que la compagnie « CI Game » avait sûrement de bonnes intentions au départ, mais est-ce que c’est le manque d’expérience dans la conception du jeu qui a fait défaut ? Notamment, avec le moteur graphique de CryEngine qui a fait ses preuves dans le passé, comment ont-ils pu se planter de la sorte ? Pourtant, ce n’est pas la première fois qu’ils l’utilisent! Ou est-ce que le projet de faire un « monde ouvert » était-il trop ambitieux pour cette compagnie ? Bref, cela m’a laissé un goût amer... Pour ma part, j’avais joué aux deux premiers jeux avec un sentiment plutôt mitigé. Et si je m’étais écouté un peu plus, je crois que j’aurais laissé celui-ci de côté...

Commençons par l’histoire, c’est celle de Jon North (un militaire tireur d’élite). Celui-ci a été envoyé en mission en Géorgie afin de neutraliser les leaders séparatistes qui menacent l’unité du pays. Par la même occasion, il apprend que son frère Robert, disparu lors d’une mission passée il y a plusieurs années, a été aperçu dans ce même coin de pays. Ce qui lui donnera l’opportunité de le ramener, sain et sauf, à la maison. À condition qu’il puisse y mettre la main dessus! C’est une histoire plutôt simple, pas mauvaise, avec quelques animations au début du jeu, sans plus. Et devons-nous en avoir davantage lorsqu’il s’agit de faire des missions solos ? Je ne crois pas. ;) Du moins, ce n'est pas ce qui m'accroche dans ce genre de jeux.

Sincèrement, SGW3 aurait sûrement gagné le cœur de plusieurs fans FPS si son instabilité n’avait pas gâché le tout. :( Vous savez, je possède un excellent ordinateur capable de rouler bien des jeux avec les détails graphiques au maximum. Or, il est très rare, même en jouant à des jeux dits « ouverts » que je puisse voir les textures se charger, ou encore avoir un certain degré de latence dans certaines situations. Souvent quand cela m’arrive, à mon grand dam, je réalise que le moteur graphique est souvent mal optimisé. Ou dans ce cas-ci, je dirais plutôt mal utilisé de la part des concepteurs. :P Et si ce n’était pas de certains « glitch », le visuel de ce jeu serait remarquable. Voire même parmi les meilleurs de ce qui se fait sur le marché.

Or, SGW3 se veut un concurrent direct à des jeux tels que la série des FarCry. Donc, si vous voulez faire compétition à un géant comme Ubisoft, vous auriez intérêt à ne pas vous planter au risque de ternir votre réputation à jamais. Ensuite, si vous faites un « monde ouvert » alors mettez-y des objectifs que les gens puissent accomplir, mais pas en boucle. Dans ce jeu-ci, le principe de conquérir des lieux est le même que celui des FarCry. Cependant, dans SGW3, les territoires ne restent jamais conquis longtemps. On a qu’à quitter et revenir dans le jeu pour le constater. Donc, mon intérêt à faire l’aspect des conquêtes ne rime vraiment à rien puisque dès que j’aurais éteint le jeu, j’aurais tout perdu. Beaucoup de joueurs sont comme moi, des « complétionniste » mais je n’ai pas cette satisfaction puisque les petits drapeaux rouges de conquête reviennent sans cesse. Au moins, dans FarCry, lorsque tous les territoires sont conquis, il vous offre la possibilité de les réinitialiser, ce n’est pas automatique. 

Bien sûr, il y a quelques bogues de logique dans le jeu... Comment se fait-il qu’à partir d’un drone qui vole au-dessus d’une base militaire peut-on déduire la position exacte de son utilisateur à des milliers de mètres de là ? Et qu’ensuite tous les soldats de la base le savent ? Pourquoi un tir au silencieux qui rate alerte tout le monde ? Pourquoi un coup de fusil calibre .12 exécuté à bout portant ne tue pas son adversaire alors que l’inverse est vrai ? Bref, encore une fois, ce qui est vrai pour l’utilisateur ne l’est pour l’ordinateur. :P J’ai même eu un soldat qui tirait à travers des murs de béton et je ne pouvais pas répliquer. 

Comparativement à ses prédécesseurs, on y a inclus une plus grande sélection d’armes de combat et de gadgets. On possède aussi une planque où l’on peut dormir et fabriquer nos balles de fusil, etc. C'est rempli de petits trucs qui ne sont pas vraiment utiles si vous jouez de manière calme et furtive. Et si on oublie la partie conquête qui ne fonctionne pas bien, l'aspect « monde ouvert » de ce jeu perd de sa saveur et on revient à un jeu très linéaire, rien de plus. Beaucoup de poudre aux yeux pour pas grand chose.  

Pour le gameplay, j’y ai joué avec la souris et le clavier. Je n’ose même pas penser à savoir comment quelqu’un aurait-il pu jouer à ce jeu-là avec une manette pour PC puisque les tirs à la tête sont très importants. De plus, j'ai eu un peu difficulté à associer certaines touches de mon clavier à certaines actions. Sans oublier que le temps de réponse du clavier m'a joué un tour ou deux quelques fois en ne répondant plus du tout à mes commandes.

En terminant, je ne recommande pas ce jeu. Car, non seulement, il est une pâle imitation de jeux existants tels que la série des FarCry, mais il est encore trop instable. Attendez qu'il soit à rabais à un prix dérisoire si vous désirez vraiment l'acheter, c'est mon avis...

Gr : 4Gm : 3In : 3 // Dv : (18 h)  Prix : 32,99$ (Steam)

Note : 10/15


Site officiel : http://sniperghostwarrior3.com

Bande-annonce : 

Critique de jeu : THE BANNER SAGA 2


Il y avait un petit bout de temps que je n’avais pas joué à un jeu de stratégies, tour par tour contre l’ordinateur. Alors, je me suis tourné vers une petite compagnie de jeux indépendants (Stoic) pour jouer à leur second opus : The Banner Saga 2. J’avais dévoré grandement son prédécesseur à cause de son histoire poignante. Et vous savez quoi ? L’histoire de ce jeu-ci est tout aussi enivrante et intéressante. ;) Bref, même si les graphiques demeurent de beaux dessins animés parsemés d’animations souvent statiques (ex : dialogues), il faut bien reconnaître que cette compagnie a le tour de bien raconter une histoire...

Et côté histoire : ce jeu-ci est vraiment la suite directe de son prédécesseur - « The Banner Saga ». C’est pourquoi je vous recommanderais de le terminer avant de faire celui-ci. :) Simple question de bien vous imprégner dans l’intrigue du jeu... Ceci dit, on débute l’histoire avec la défaite récente d’un des généraux des Dredges, une race de guerriers à l’apparence de robots, qui mettent à feu et à sang tout le pays. Croyant avoir réussi à calmer les ardeurs de cette terrible force armée, en tant que chef d’un groupe de survivants (composé d’humains et de Varls - guerriers géants - ), vous réalisez que les dredges ne semblent pas s’arrêter dans leur quête de destruction. Ils vous poursuivent sans relâche. Donc, il revient à vous la lourde responsabilité de la survie de votre groupe et vous vous empresser d’aller rejoindre la grande Capitale à plusieurs jours de marche de votre point de départ. Et ce, afin d'obtenir tous les secours nécessaires et aussi les réponses à savoir pourquoi les ténèbres s'emparent de votre pays. Serez-vous un chef à la hauteur ? D’autres embûches parsèmeront-elles votre parcours ? À vous de le découvrir...

Comparativement au premier jeu, celui-ci comporte beaucoup de nouveautés telles que des nouveaux objets magiques pour votre inventaire, de nouvelles compétences à développer, de nouveaux monstres et plus de cinématiques. Cependant, le cœur du jeu reste le même. Son gameplay est facile que ce soit avec la souris ou encore avec une manette pour PC. La musique est intéressante et le niveau de difficulté est acceptable. Il n’y a qu’un ou deux combats (vers la fin du jeu) que j’ai eu un peu plus de fil à retordre. Il n’est pas nécessaire d’équiper les personnages principaux avec des objets magiques, cela dépend de vous.

La principale difficulté est, selon moi, de bien planifier vos combats et de bien choisir QUI participera à la bataille. Si vous jouez au mode « Normal », tous les membres de votre équipe qui sont blessés au combat doivent se reposer, et ce, avant de pouvoir être réutilisé. Il n’est pas nécessaire d’améliorer tous les personnages du jeu, mais seulement ceux avec qui vous combattez le plus souvent. De plus, comme il s'agit d'un jeu RPG à la fois, il est possible que certaines de vos décisions (i.e. paroles) avec certains membres composant votre groupe puissent influencer l'histoire. Personnellement, peut-être ai-je fait les bons choix ? Mais, il n'y a rien qui m'a mis dans l'embarras.

En terminant, je recommande facilement ce jeu à tous les joueurs de stratégies. C'est un jeu très bien réalisé, intéressant sur plusieurs aspects et s'il tombe dans vos goûts pour la mythologie nordique, alors vous risquez peut-être de le dévorez comme moi. ;)

Gr : 4Gm : 4In : // Dv : (11 h)  Prix : 21,99$ (Steam)

Note : 13/15

Site officiel : http://stoicstudio.com/

Bande-annonce : 

15 juillet 2017

Nouvelles : Eagle Fly Free - Helloween cover par Power Nation

C'est avec une certaine fierté que je vous présente le tout 1er vidéo de mon projet musical : Power Nation. J'en suis rendu à la 3e édition cette année (2017), et cela s'est déroulé en Mars dernier.

Ce projet est un hommage à la musique Power Metal en général, en y présentant des vieux succès ainsi que des chansons plus récentes du style.

Tous les gens qui ont travaillé avec moi sur la réalisation de ce spectacle le font par amour de ce style musical et aussi pour s'amuser. :) Il me fait donc plaisir de vous présenter notre interprétation de la chanson : "Eagle Fly Free" de Helloween. 

Vous pouvez partagez cette vidéo sur vos forums de discussions "metal", pages web, etc. Et ce, afin de nous encourager à continuer. Merci!  




D'autres vidéos suivront bientôt...


René "Nexorak" 

01 juillet 2017

Critique de jeu : TRANSISTOR


Ouch! Voici un jeu qui a été extrêmement bien reçu par la critique en général, mais... pas par moi! Désolé. :( Peut-être est-ce que je me suis rendu compte que ce genre de jeux n’est tout simplement pas fait pour moi. La dernière fois que j’ai joué à un jeu de cette compagnie « Supergiant games », c’était Bastion. Malheureusement, même ce jeu-là, je ne l’avais pas terminé à l’époque, et il est très rare que je ne termine pas mes jeux...

Ceci dit, le jeu Transistor commence rudement bien. Il a une histoire plutôt mystérieuse qui se déroule dans un monde futuriste, j’avoue que cela m’a accroché au début. Ensuite, les graphiques sont plutôt stylisés, ce qui donne une bonne ambiance dans l’ensemble et la musique est assez relaxante. Cependant, c’est sa répétition qui m’a ennuyé rapidement, et surtout, son gameplay. Qui selon moi est tout à fait horrible! 

Commençons par l’histoire : celle de Red, une célèbre chanteuse à la chevelure rouge qui vît dans la cité de Cloudbank. La grande ville a été attaquée par la Camerata, une espèce de groupe de bandits (mafia ?) qui essaie de transformer la cité en utopie. C’est assez nébuleux comme intrigue... Néanmoins Red, ayant perdu sa voix, s’empare d’une épée plongée dans le corps d’un inconnu qui paraît être très proche d’elle, et décide de se venger de la Camerata. Il s’avère que le Transistor (qui est l’épée) parle avec la voix du jeune homme tué. La lame va donc être le narrateur durant toute l’histoire. Le but de Red va être de découvrir le but de la Camerata et d’arrêter le Process, qui commence à détruire la ville et ses habitants.

Bon. Beaucoup de questions sans réponse me viennent à l’esprit concernant l’histoire de ce jeu, même après plusieurs heures, ma curiosité ne fut pas comblée. Le personnage de Red doit explorer la ville à la recherche des membres de la Camerata. Chaque fois qu’elle entre dans un secteur de la ville abandonnée, un combat se déclenche. Donc, on avance, on se bat, on avance et on se bat encore, etc., etc. Bref, c’est toujours le même principe. Pour la plupart du temps, les ennemis sont des robots. Au départ, on se bat toujours contre le même type de robots puis, plus on progresse dans le jeu, et plus il y a de nouveaux types d’ennemis. De ce côté-là, c’est rafraîchissant. La diversité fait toujours du bien.

Il y a un endroit secret que l’on peut découvrir à chaque étage où Red peut se reposer et/ou faire des challenges. En fait, la seule récompense obtenue après la réussite des challenges, c’est de débloquer de nouvelles pièces de musique à écouter durant le jeu. C’est assez décevant! Pourquoi n’y avoir pas mis de nouveaux pouvoirs ?

Parlant de pouvoirs (ou compétences), c’est probablement la section qui m’a mis le plus en rogne dans ce jeu et qui a, finalement, eu le dessus sur ma patience. Et c’est pour cela que j’ai arrêté d’y jouer. Durant le jeu, Red peut avoir plusieurs compétences, mais elle doit les acquérir un à un. Bon, ce principe me va jusqu'à présent. C’est tout ce qui a de plus normal. Cependant, elle ne peut pas tous les utiliser en même temps, car elle a un nombre limite sur son épée pour les installer. Cette limite peut s’agrandir au fur et à mesure du jeu. Les pouvoirs en tant que tels sont assez différents les uns des autres. Et même vous pouvez en combiner plusieurs ensemble quand c’est possible. Mais, soyez prévenus, les ennemis ne réagissent pas tous de la même façon à vos attaques. :P Certains sont plus résistants à tels ou tels types d’attaques... 

Déjà, dans ce concept de jeu, je trouve que le joueur est trop laissé à lui-même concernant la combinaison de ses pouvoirs. Qu’est-ce qui convient le mieux pour moi ? Lorsque j’ai des points pour améliorer mon épée, dois-je les investir dans les compétences secondaires ou principales ? Qu’est-ce que je dois débloquer en premier ? Est-ce que je serai pénalisé vers la fin du jeu si j’ai pris les mauvaises décisions ? Selon moi, ce volet manque d’explication. Par exemple, quels sont les ennemis qui réagissent, plus ou moins, bien à certains types d’attaques ? Oui, les combinaisons sont diversifiées et c’est justement cela qui peut faire perdre le fil du jeu au joueur. Je veux dire : Va-t-il falloir que je passe des heures à découvrir quelle est LA combinaison la plus efficace ? C’est un jeu de hack'n’slash ou pas ? Même Diablo est plus simple que cela. :(

Hum! Selon moi, le point le plus négatif du jeu se déroule lors du combat, je m’explique. On a 4 compétences principales et à chaque fois que notre barre de vie attend 0, on perd un pouvoir. Et lorsque l’on a perdu tous nos pouvoirs, alors on meurt! Cela me va très bien, je comprends. Cependant, ce qui ne va pas, c’est que lorsque l’on gagne nos combats, mais que nous avons perdu 1-2 pouvoirs : on ne peut pas les récupérer tout de suite

En fait, on doit attendre d’avoir atteint d’autres endroits, d’autres lieux avant de pouvoir les reprendre. Ce qui veut dire que j’ai déjà eu des combats où il ne me restait plus qu’un seul pouvoir à utiliser et me battre. :( J’aurais pu rester à jamais coincé au même endroit, et ce, à moins de recommencer le jeu à partir de zéro. :P Admettons que c’est assez déséquilibré, voire nul, comme gameplay. Ensuite, j’ai passé plus de temps à choisir, à nouveau, mes pouvoirs entre chaque combat, ou encore à resélectionner les mêmes combinaisons qu’à jouer au jeu en tant que tel. :P Ce principe a facilement coupé mon temps de jeu de moitié. Quand on y pense sérieusement : passer plus de la moitié de son temps à arranger son personnage plutôt qu'à jouer, il y a un problème. Pour ma part, cela est d’un ennui mortel assuré. Je ne me rappelle plus s'il y avait un niveau de difficulté pour le jeu. Peut-être ai-je fait le mauvais choix ?

En terminant, si vous êtes le même genre de joueurs que moi, je ne vous recommande pas ce jeu, et ce, même si l'aspect esthétique et musical est parfait. Cependant, il semble qu’une bonne partie de la communauté de gamers semble l’avoir apprécié, alors c’est peut-être moi qui n’y ai rien compris. Qui sait ? Ceci dit, essayez-le et vous verrez. De mon côté, je ne crois pas que ce genre de jeux soit dans mes cordes finalement... 

Gr : 4Gm : 3In : 3 // Dv : (7 h)  Prix : 21,99$ (Steam)

Note : 10/15


Site officiel : https://www.supergiantgames.com/games/transistor/

Bande-annonce : 

Nouvelles : Power Nation (3e édition) - Vidéos bientôt disponibles

Salut ami(e)s et fans de Power metal, 

Voici une bande-annonce de ce qui vous attend. Tous les vidéos de la 3e édition de Power Nation. :) Nous sommes désolés de n'avoir pas pu les rendre disponibles avant. :P Mais, comme nous faisons cela par amusement, et de plus, durant nos temps libres, donc, l'été nous a semblé le meilleur moment pour faire cela. 

Merci de votre patience et on se voit en Juillet 2017 pour la sortie de notre premier vidéo officiel... 

P.V.M : Falconer - Mindtraveller

Un excellent souvenir...

20 juin 2017

Critique de jeu : STYX - SHARDS OF DARKNESS


Hé oui! C’est enfin le retour du gobelin parlant : Styx dans une nouvelle mission de furtivité. :) Pour ceux et celles qui ne connaissent pas encore le personnage, il a été introduit pour la première fois il y a plusieurs années dans un jeu développé par «Cyanide Studio» intitulé : «Of Orcs and Men». Puis, par la suite, le personnage de Styx a eu sa propre aventure dans le jeu : «Master of Shadows» (toujours développé par la même compagnie). Et maintenant, il nous revient, encore une fois, avec son deuxième opus solo : «Shards of Darkness». Ce qui est plaisant, c’est que l’approche et la mécanique du jeu s’améliorent toujours au fil du temps...

Oui, c’est un jeu qui peut nous faire penser à d’autres jeux de furtivité sur le marché tel que Assassin’s Creed, mais, je dois vous avouer que Styx possède sa propre personnalité qui le rend attachant ou pas, cela dépend des goûts. ;) Et le monde fantastique dans lequel il évolue est tout aussi intriguant. Son histoire est celle du voleur parfait qui accomplit des missions pour les plus offrants. Mais voilà, la Peste Verte (l’invasion des gobelins) attire dans son coin de pays les foudres du groupe de mercenaires humains (C.A.R.N.A.G.E.) chargés de les éliminer jusqu’au dernier. Cependant, ce sera les Elfes Noirs, avec l’aide d’armes magiques (puisant dans une force mystérieuse) qui menaceront véritablement l’existence des créatures vertes. Styx décidera alors d’aller explorer la cité Korrangar, la capitale des Elfes Noirs, afin de connaître de quoi il en retourne.

Pour ma part, c’est probablement l’histoire la plus digne d’intérêt que j’ai jouée avec ce gobelin jusqu’à présent. Comparativement avec les jeux précédents, il a su capter mon attention jusqu’à la fin. Il faut dire que les concepteurs ont amélioré plusieurs aspects du jeu. Notamment les cinématiques qui ne sont plus des dessins statiques, mais des animations 3D. Pour le reste, les compétences (invisibilité, se cloner, fabriquer des objets, etc.) restent les mêmes, mais on y a mis un peu plus d’emphase sur la fabrication d’objets. Même si ce dernier volet aide grandement, il n’est pas nécessaire pour faire le jeu, car il demeure dans son ensemble facile à réaliser.

Mon seul bémol, c’est que l’on accorde des points sur le fait de ne pas tuer des ennemis. Cela, je suis un peu en désaccord. Avoir des points pour être furtif, ok. Avoir des points pour ne pas faire sonner d’alarme, ok. Mais, le fait de ne pas avoir de points pour avoir éliminé discrètement nos ennemis et cacher leurs cadavres, ah non! Je trouve que c’est enlever une facette fort captivante du jeu. :( C’est ce que j’aime dans les jeux de furtivité... Juste le fait de pouvoir empoisonner la nourriture de nos adversaires, c’est génial! Alors, pourquoi ne pas accorder de points là-dessus?

Un autre aspect qui m’a fait grincer les dents quelquefois, c’est le déplacement du gobelin lorsqu’il saute d’une plateforme à une autre, ou attraper une corde en vol, on dirait que le jeu à de la difficulté à détecter les obstacles. Par exemple, il m’est arrivé souvent de sauter pour attraper une plateforme à portée de mes petits bras (quasiment la face dedans), mais comme l’angle ne semblait pas parfait, oups, il manquait son coup, le précipitant vers une mort certaine... :P Cela m'a ennuyé.

Pour ses graphiques, je crois que ce jeu n’a rien à envier aux autres sur le marché, car il est très beau. Je dois même dire que les tableaux à explorer ont été bien réalisés et pensés pour les moindres recoins qui donnent avantage à notre voleur. Un autre point négatif, c’est qu’ils ne sont pas assez diversifiés. Je veux dire qu’il y a environ 5 tableaux en tout dans le jeu et on les revisite. D'accord, on nous met de nouveaux ennemis pour ne pas s'ennuyer et les points d'entrées ne sont pas les mêmes mais je crois que sur cet aspect les concepteurs du jeu auraient pu faire mieux.

Concernant le gameplay, j’y ai joué avec la manette pour PC. C’est assez simple dans son ensemble, mais je vous avoue que le jeu ne nécessite pas de tout utiliser comme options pour le terminer. Donc, comme moi, c’est à la fin du jeu que j’ai découvert comment effectuer une roulade avec Styx. :P Hahaha! Cela vous prouve une chose : ce n’est pas un essentiel dans ce jeu. J’ai utilisé quelques objets comme les pièges d’acides, flèches et/ou du sable pour étendre les torches. Toutefois, vous pouvez réaliser ce jeu comme bon vous semble avec ou sans l'aide de votre inventaire.

En terminant, je recommande ce jeu malgré les quelques points négatifs que j’y ai trouvés. Car, dans son ensemble, ce jeu est amusant, le personnage principal est divertissant et il y a tous les ingrédients pour captiver l’attention des joueurs qui aiment les jeux de furtivité. 

Gr : 5Gm : 4In : 4 // Dv : (16 h)  Prix : 49,99$ (Steam)

Note : 13/15




Site officiel : http://www.styx-game.com/

Bande-annonce :