01 octobre 2017

Critique de jeu : HELLBLADE SENUA'S SACRIFICE


Il y a de ces jeux qui nous prennent par surprise et en voici l’un d’eux. :) Provenant d’une compagnie de jeux modeste Ninja Theory, j’étais loin de me douter de sa qualité incroyable, tant au niveau de ses graphiques, de son gameplay et de son histoire. Ceci est, sans aucun doute, l’un de mes coups de cœur de l’année 2017

Cependant, ce qu’il faut savoir en premier lieu, c’est que ce jeu ne s’adresse pas à tous les types de joueurs. C’est davantage un suspense psychologique qui nous entraîne au fond des abysses de la jeune guerrière : Senua. Un voyage de solitude et de souffrances à la fois physique et spirituelle. Pour l’occasion, et afin d’accentuer le suspense, les concepteurs du jeu ont eu recours à de l’aide de psychologues afin de bien simuler les hallucinations auditives que peuvent ressentir les gens atteints de psychose. Et c’est ce qui semble être le cas du personnage principal de ce jeu. 

Et même s’il y a quelques combats à faire, c’est un jeu de puzzles avant tout. :) C’est une histoire à découvrir, une ambiance qui nous submerge. Je pourrais rapidement faire un parallèle avec un autre type de jeux qui a recours au même genre d’ambiance : Outlast. Toutefois, Hellblade Senua’s sacrifice n’est pas un jeu d’horreurs proprement dit. L’histoire est celle de Senua, une jeune guerrière, qui a tout laissé derrière elle afin d’embarquer dans une aventure solitaire qui l’a conduira aux enfers, et ce, afin d’y trouver son salut.

Basée sur la mythologie celtique et nordique, le joueur découvrira au fur et à mesure les raisons véritables de la quête de la jeune femme. Les graphiques sont tout simplement d’un réalisme incroyable (comme un film). De plus, les concepteurs ont utilisé des capteurs de mouvements afin de rendre les mouvements du corps du personnage à l’écran, ainsi que ses expressions faciales d’une grande fluidité et crédibilité. Sur cet aspect, la compagnie rivalise facilement avec les grandes compagnies de jeux de vidéo de ce monde en matière de qualité graphique. Elle n’a pas à avoir honte du tout de son produit qui se classe parmi les meilleurs selon moi. 

Côté gameplay, cela peut se jouer avec la manette pour PC ou encore le clavier et la souris. Pour ma part, j’y suis allé pour la manette PC et je dois souligner que ce jeu est facile d’utilisation. La seule difficulté en tant que telle serait la complexité des puzzles (s’il y a lieu) et les combats si vous avez opté pour jouer à un mode difficile. Sur ce point, je dois dire que le fait que le jeu se veut intuitif, j’aurais aimé tout de même avoir un petit tutoriel pour les combats parce que je suis mort une fois ou deux inutilement (au début du jeu) avant de découvrir que je pouvais faire ralentir le temps avec le focus. :P Pour les puzzles, c'est toujours le même principe : i.e. découvrir des éléments du décor qui forment des runes en apparence. Et grâce à ces runes, vous pourrez ouvrir des portes et accéder à une étape suivante dans le déroulement de l'histoire.

Un autre aspect du jeu fort intéressant : c’est probablement le son. Les concepteurs du jeu recommandent d’y jouer avec une paire d’écouteurs, et ce, afin de bénéficier de l’effet ambiophonique des lieux et des bruits environnants. Mais tout particulièrement, les voix multiples que Senua entend tout autour d’elle et qui donnent justement une autre dimension inquiétante à la façon de jouer au jeu.

En terminant, même si ce jeu ne s’adresse pas à tous les publics, mais plus pour les adultes, je le recommande facilement. Il m’a tout simplement captivé du début à la fin. Ce fut une agréable surprise d’un produit d’une extrême qualité. Espérons en voir peut-être une suite un jour, ou encore une autre réalisation de ce genre par cette compagnie qui a surpris bien des gens ces derniers temps avec cette belle réalisation.

Gr : 5Gm : 5In : 5 // Dv : (7 heures), Prix : 32,99$ (Steam)  

Note : 15/15

Site officiel : http://www.hellblade.com/

Bande-annonce : 

P.V.M : DragonForce - Midnight Madness

Un nouveau vidéo de DragonForce...

25 septembre 2017

Critique de jeu : LIFE IS STRANGE - BEFORE THE STORM (Ep. 1)


Il était plus qu’évident pour moi : après le coup de cœur du jeu original : Life is strange, et en plus, après avoir lui décerné le prix du meilleur scénario des jeux en 2015 sur ce blogue, il fallait que j’achète celui-ci dès sa sortie. :) Bien sûr, mes attentes étaient grandes et je n’ai pas été déçu. Ok. Peut-être un peu, mais légèrement...

En fait, ce qu’il faut savoir à propos de ce jeu-ci, c’est qu’il se déroule avant le jeu original. Un genre de prequel, quoi! Donc, l’histoire est basée principalement sur la jeune rebelle : Chloe Price. Après le départ de sa meilleure amie Max vers Seattle, Chloe est totalement désintéressée par tout ce qui l’entoure. Son père est mort depuis quelque temps, sa mère s’est fait un nouveau copain (très chiant), l’école ne semble plus d’aucun intérêt pour elle et elle évapore sa solitude dans la consommation de cannabis. 

Cependant, lors d’une soirée mouvementée à un spectacle de musique punk rock, elle fera connaissance de Rachel Amber, la fille la plus populaire du campus et de ses environs. Sa fascination pour cette jolie jeune femme qui semble posséder tout pour elle, l’amènera à l’accompagner dans un petit voyage afin de sécher les cours. Toutefois, Rachel ne semble pas aussi parfaite que Chloe et les autres pensent à son sujet. Elle semble renfermer un terrible secret que seule la jeune Chloe découvrira... 

Tout comme son prédécesseur, « Life is strange : Before the storm » est un jeu épisodique qui nous offre un scénario avec plusieurs choix de réponses à prendre dans un certain laps de temps, et qui peuvent changer le cours de l’histoire du jeu. En fait, cela nous est soumis sous forme de jeu où Chloe s’amuse à faire perdre patience à son interlocuteur et le joueur doit choisir la meilleure réponse pour que la jeune fille arrive à ses fins. Je vous avoue que c’est correct, mais cet aspect du jeu ne m’a pas trop emballé. Surtout, avec une notion de temps, je n’aime pas trop être poussé lors de mes réflexions. :)) 

Ceci dit, je dois vous avouer que le scénario un peu lent. Au début, je trouvais que cela commençait bien, puis un temps mort et une fin d’épisode intéressante. Bon, je sais qu’il est dur de battre le scénario du jeu original et que souvent, les compagnies aiment faire des suites à des jeux qui ont bien marché ($$$), mais, est-ce que « Life is strange : Before the storm » sera à la hauteur de son prédécesseur ? Seul l’avenir nous le dira...

Concernant les graphiques : ils sont similaires au premier jeu de la série. Cependant, ils m’ont semblé un peu moins détaillés, moins beaux, ou est-ce moi ? Même la musique m’a moins accroché. :P Du coté gameplay : que ce soit avec la manette pour PC ou le clavier-souris de l’ordinateur, cela demeure simple.

En terminant, ce jeu est davantage un récit que l’on écoute comparativement au premier. Il m’a semblé moins interactif. À savoir si je le recommande, je crois que oui. Mais il est peut-être encore trop tôt pour se prononcer. Pour ma part, j’aime bien ce genre de jeux plutôt relax que je joue une fois de temps à autre. 

Gr : 4Gm : 5In : 4 // Dv : (3 heures), Prix : 23,99$ (Steam)  

Note : 13/15

Site officiel : https://www.lifeisstrange.com/fr

Bande-annonce : 

23 septembre 2017

Critique de jeu : PREY


Oui, j’ai attendu longtemps avant d’acheter ce jeu à rabais pour lequel, même s’il semblait avoir eu d’excellentes critiques sur le web, je me gardais certaines réserves. Premièrement, il faut que je vous dise qu’étant un excellent consommateur de jeux vidéos depuis la fin des années '90Prey m’a semblé être une copie du jeu : Half-Life. (histoire presque similaire et ambiance) Et ce, avec un décor qui me faisait penser un peu à Bioshock 1 à cause de son design, notamment le lobby de Talos, et ses enregistreurs éparpillés un peu partout. Donc, pour ma part, je n’ai pas eu cet enthousiasme de nouveautés que peuvent ressentir les plus jeunes joueurs que moi. Cependant, en toute franchise, si vous ne connaissez pas du tout les jeux que j’ai nommés ci-haut, alors, Prey risque d’être un excellent jeu pour vous.

L’histoire se déroule en 2032 où le joueur incarne Morgan Yu (homme ou femme), qui a dédié sa vie à la recherche scientifique et travaille à bord d’une station spatiale appelée : Talos I. Ses recherches portent principalement sur l’étude du Typhon, une nouvelle race d’extra-terrestre polymorphique, et qui pourrait se révéler une menace importante pour les humains à moins de pouvoir les contrôler ou de copier leurs étranges pouvoirs. Toutefois, Morgan et les autres habitants de la station spatiale se retrouveront dans le pétrin alors que les extra-terrestres réussiront à quitter leurs cellules d’observation, et ainsi semer le chaos partout autour d’eux.

Dans ce jeu de survie, le joueur devra accomplir plusieurs tâches afin de rétablir la situation à l’intérieur de la grande station. Il devra débloquer de nombreuses compétences s’il désire réussir ses missions. Le jeu comporte une trame principale et des missions secondaires qui sont, pour la plupart, assez simples à réaliser. Le jeu se joue à la première personne comme un FPS, avec des armes conventionnelles telles que la clé à molette, le revolver et le fusil de calibre .12. Mais, il y a aussi d’autres armes intéressantes tels le fusil électrique, le fusil cracheur de colle (glue), et le faisceau laser pour ne nommer que ceux-là.

De plus, le joueur pourra débloquer des talents de piratage d’ordinateurs, et de crochetage de serrures. Et aussi des compétences extra-terrestres comme manipuler des objets à distance, créer des explosions « kinétique » et même se transformer en objet à son tour (tasse à café, boisson gazeuse, etc.). Sans oublier, l’habit que l’on porte qui peut posséder, à son tour, des « chipses » pour améliorer, par exemple, le dégât de certaines armes ou encore, réduire les dégâts du feu, des explosions, etc. Bref, du choix il y en a. Peut-être même un peu trop à mon avis. :P

Car, l’expérience positive ou non du jeu, dépendra uniquement des choix que le joueur fera. Je m’explique. Comme il s’agit d’un jeu où la liberté du joueur est importante alors, peut-il lui arriver de rester bloqué lorsqu’il prend de mauvaises décisions ? Par exemple, lors du choix d’investir dans une telle ou telle autre compétence à la place ? Je vous dis cela, car, j’ai failli me faire prendre vers la fin du jeu où je croyais être bloqué à cause de mes choix et de ma façon de jouer à ce jeu. 

Comme je suis un amateur de FPS depuis belle lurette, je suis plutôt conventionnel dans mon style de jeu. Et j’ai comme expression : « Il n’y a rien que des armes à feu ne puissent résoudre en temps normal ». :) Cependant, vers la fin du jeu, je me suis demandé si je n’aurais pas dû investir davantage dans les pouvoirs extra-terrestres à la place, puisque mes armes conventionnelles ne semblaient pas faire assez de dégâts contre les ennemis. De plus, est-ce que j’aurais dû investir davantage dans les compétences de crochetage ou de piratage pour me donner accès à des endroits interdits et ainsi obtenir des armes de plus grande puissance ? Un exemple de déception fut d’avoir investi dans la force pour déplacer de gros objets bloquant le passage à des pièces barricadées. Mais, pour la plupart de ses pièces, il n’y avait rien de spécial à découvrir à l’intérieur. :( Avoir su cela, je n’aurais pas investi dans cette compétence pour le peu que cela m’a rapporté. Bref, vous comprenez un peu ce que je veux dire... Et c’est peut-être à cause de cela que mon expérience du jeu n’a pas été aussi agréable que je l’aurais cru au départ. Mais voilà souvent le problème qui peut arriver quand on laisse trop de liberté dans la jouabilité et que l’on ne dirige pas un peu plus le joueur dans ses choix : on peut rester coincé.

Le jeu offre aussi des options de construction (crafting) d’objets utiles pour le joueur tels que la création des munitions pour fusil, trousses de secours, etc. Comme je suis quelqu’un qui aime fouiller partout, prendre tout ce qu’il me tombe sous la main, encore une fois, vers la fin du jeu, je n’avais plus aucun moyen de me construire des munitions, car, j’avais vidé les ressources de toutes les commodes, bureaux, tiroirs de la station spatiale et j’ai failli rester bloquer à cause de cela. :( Donc, il est primordial (selon moi) d’avertir le joueur qu’il est possible qu’il manque de ressources. Et si c’est le cas, alors pourquoi le jeu ne m'a-t-il pas dirigé plus vers les pouvoirs extra-terrestres ? Même moi, selon la morale du jeu, je croyais qu’il fallait utiliser ce genre de pouvoirs le moins souvent possible... :P Donc, en tant que joueur, suis-je pénalisé d’avoir agi ainsi ? Et si oui, est-ce là, la liberté que les concepteurs du jeu offrent aux joueurs ? C’est-à-dire de ne pas être capable de terminer le jeu s’il ne choisit pas le chemin que les concepteurs du jeu ont pensé pour lui, et qu’il doit deviner ?

Au début du jeu, je surveillais les moindres recoins de la station spatiale, j’essaie de faire toutes les missions secondaires avant celle principale (c’est mon choix), mais je me suis rendu compte qu’après plusieurs heures de jeu, il ne se passait pas grand-chose. Le début est intrigant et cela s’estompe vite pour tomber un peu dans la monotonie de l’espace. Puis, vers la fin quand je me suis décidé d’aller voir Alex, l’action a déboulé et m’a sauvé de l’ennui qui s’était emparé de moi. Toutefois, j’avais hâte de terminer le jeu. C’est comme si j’avais dépassé un certain seuil de jouabilité. Donc, de ce côté-là, un conseil : ne tarder pas trop sur les missions secondaires ou chercher tous les recoins pour trouver des ressources, car, finalement, vous deviendrez peut-être comme moi... exaspéré.

Coté graphique : c’est correct, pas plus! L’environnement me donne vraiment l’impression que cela a été fait avec de beaux gros polygones avec textures, tout me semble rectiligne. À part, le visage des êtres humains qui sont beaucoup plus réaliste. C’est un jeu dans la norme actuelle, mais il n'y a rien à couper le souffle. Il y a des effets intéressants que l’on peut expérimenter lors de l’utilisation de certains pouvoirs, ou encore utiliser une bombe de recyclage qui fait converger tous les objets de son environnement en son centre, c’est joli! À part cela, je ne peux pas vous en parler en détail puisque je n’ai presque pas investi dans les pouvoirs extra-terrestres. :P

Côté gameplay, j’y ai joué avec le clavier et la souris. Toutefois, j’ai eu un problème avec la rosace des armes. Je n’ai jamais compris pourquoi le fusil à colle ne voulait pas s’inscrire dedans. (???) Donc, à chaque fois que je voulais l’utiliser, je devais mettre le jeu sur pause et le choisir dans mon inventaire, ainsi de suite. Pour le reste, cela m’a semblé plutôt correct. J’ai trouvé notamment ennuyant que les monstres que l’on tuait, revenaient toujours à la vie au même endroit. Et les va-et-vient multiples entre les différents lieux de la station ont fini par épuisé ma patience. 

En terminant, j’ai un avis très mitigé envers ce jeu. Peut-être que mes attentes étaient trop grandes ? Peut-être aussi que cela dépendait du fait que j’ai joué à des jeux similaires par le passé et je suis devenu trop exigeant ? Peut-être que cela dépend des choix que j’ai pris, et que des décisions différentes, notamment pour les pouvoirs, cela aurait suffi pour aider à mon expérience du jeu ? Qui sait ? 

Le jeu est tout de même une belle réalisation, malgré ses quelques lacunes. Cependant, pour le prix (qui est dispendieux), je ne le recommande pas pour l’instant. Attendez qu’il soit plus abordable, car il y a des jeux sur le marché qui ont beaucoup plus de contenu que celui-ci, et ce, pour le même prix.  

Gr : 4Gm : 4In : 3 // Dv : (32 heures. 100% tous les objectifs), Prix : 79,99$ (Steam)  

Note : 11/15

Site officiel : https://prey.bethesda.net/fr/

Bande-annonce :

18 septembre 2017

Critique de jeu : XCOM 2 - WAR OF THE CHOSEN



Oui, je l’admets! J’ai hésité un peu avant d’acheter ce contenu supplémentaire pour Xcom2. Pourquoi ? Tout simplement parce que j’avais peur que ce ne soit qu’un ou deux tableaux de plus à explorer, et aussi quelques armes nouvelles pour agrémenter une histoire que l’on connaît déjà beaucoup. :P En effet, je n’avais pas vraiment apprécié le DLC : « Shen Last Gift » à cause de cela, ou encore celui de « Alien Hunters » qui rajoutaient des « boss » uniques, mais sans altérer l’histoire originale...

Or, dès d’entrée de jeu, j’ai été déçu d’apprendre qu’il fallait que je recommence l’histoire à zéro (???) et, en plus, que je refasse les mêmes tableaux. Sur le coup de la surprise, j’étais très mécontent. MAIS... Heureusement, les concepteurs ont tout de même modifié le contenu en insérant plusieurs nouveaux tableaux à travers ceux déjà connus. Donc, cela nous semble moins redondant en temps que joueur, et ce, même si on recommence tout. Ce que vous devez savoir, c’est que l’histoire de « War of the Chosen » est jouée de façon parallèle à l’histoire originale. 

Dans ce jeu-ci, les « Elders » (maîtres des extra-terrestres) ont décidé d’avoir recours à trois nouveaux chasseurs, aux pouvoirs différents, afin d’anéantir la force des Xcom. Ce qui veut dire que vous en verrez un, une fois de temps à autre, interférer dans vos missions habituelles. Bien sûr, s’il ne s’agissait que de cela, on pourrait penser que c’est la même chose que le DLC de Alien Hunters, mais n’ayez crainte: il y a plus! Beaucoup plus! :) En fait, il y a de nouvelles cinématiques à voir, de nouvelles recherches technologiques à faire, de nouveaux endroits à explorer, de nouvelles armes à acquérir, de nouveaux méchants à tuer, etc., etc. Alors, tout comme moi, vous serez rapidement soulagé d’apprendre que du contenu, il y en a.

D’ailleurs, dans cette expansion, on nous présente 3 nouvelles factions de rebelles contre les envahisseurs. Il y a les « Reapers », des soldats soviétiques armés de fusil sniper de type « Dragunov ». Ils ont la capacité de tirer et de rester invisibles face à l’ennemi. Il y a aussi les extra-terrestres rebelles « Skirmishers». Ils ont de bonnes capacités de combat, notamment avec un grappin qui permet d’amener les ennemis jusqu’à vous ou le contraire. Et il y a les « Templars » qui ont des pouvoirs psychiques qui vous permettront de contrôler vos ennemis. Bref, plein d’aspects intéressants à découvrir lors de vos missions de ce coté-là. 

À ce sujet, vous pouvez utiliser n’importe lequel de ces nouveaux personnages des factions pour vous accompagner lors de vos missions, OU encore vous pouvez les envoyer en missions secrètes. Ceci est une autre nouveauté!!! Oui, vous pouvez envoyer des gens en mission pendant que vous faites les vôtres. Cela vous débloque de nouvelles ressources, permet de faire des recherches plus vites, acquérir plus de trucs. Finalement, de tout pour améliorer rapidement votre force de frappe.

J’ai beaucoup aimé les tableaux avec les zombies que l’on surnomme « The Lost ». Ceux-ci sont très nombreux, mais faciles à tuer. Ce qui est amusant est qu’à chaque fois que vous en tuez un, vous gagnez une action gratuite. Donc, vous pouvez tuer autant de zombies que vous avez de balles dans votre fusil (ou que vous manquiez votre cible). Petit truc : je vous suggère d’amener un « Templar » avec vous dans les tableaux de zombies, car, ce sont les seuls qui ont comme arme secondaire : un pistolet-mitrailleur qui ne se recharge jamais. (balles à l’infini) :) Donc, dans un tableau, j’ai déjà décimé plus d’une douzaine de zombies juste avec un seul « Templar ». (Oui, il a raté sa cible au 12e.;)

Aussi, dès le début du jeu, on vous demande si vous voulez inclure les autres DLC dans le jeu (vous devez les avoir achetés au préalable). Personnellement, lorsqu’un des « Chosen » intervenait dans mon tableau et en plus d’un boss de Alien Hunters, ouf!!! Je vous avoue que ce n’était pas facile... Autre point, on a mis dans ce jeu d’autres petits trucs amusants comme la modification visuelle des personnages, ou la prise de photo après chaque mission, et ce, afin de faire de belles affiches de promotion pour la Xcom. :) Oui, décidément, il y en a pour tous les goûts dans ce jeu.

Pour le reste, le visuel, il me semble nettement amélioré mais j'ai eu quelques bugs que je n'avais pas eu dans la version originale. (Gelé) Les contrôles clavier-souris sont toujours aussi simples à utiliser. Alors, pourquoi changer quelque chose qui fonctionne déjà très bien ? Ceci dit, pour jouer à cette expansion, vous devez posséder le jeu de base : Xcom2

En terminant, je recommande facilement ce nouveau contenu supplémentaire, je crois qu'il y en a pour tous les goûts. Et même si on recommence l'histoire à zéro, j'ai quand même réalisé plus de 75 missions, fait toutes les recherches, améliorer tout ce que je pouvais. Oui, ce jeu m'a comblé une nouvelle fois. 

Gr : 5Gm : 5In : 5 // Dv : (35 heures), Prix : 53,49$ (Steam)  

Note : 15/15

Site officiel : https://xcom.com/war-of-the-chosen

Bande-annonce :

05 septembre 2017

P.V.M : Blazon Stone - Down in the Dark

Est-ce moi ou j'ai vraiment l'impression de revenir aux belles années de Running Wild ?? :) Voici le groupe Blazon Stone de la Suède et leur chanson : Down in the Dark.

27 août 2017

Critique de jeu : THE SWAPPER


Voici un petit jeu de puzzles fort intéressant : The Swapper. Si vous aimez jouer à des jeux de ce genre, et ce, dans une atmosphère tranquille et calme, alors ce jeu est pour vous! Ce jeu possède un concept original qui nous rappelle un peu l’ambiance d’un Metroid avec son look 2D, mais vous n’aurez pas de monstres à combattre ou à effectuer des courses contre la montre. Ici, dans ce monde silencieux et peu éclairé, il n’y a que votre intelligence qui est mise à l’épreuve.

L’histoire commence avec un astronaute solitaire qui se retrouve à bord d’un vaisseau dont l’équipage semble avoir mystérieusement disparu. Grâce à une arme (qui ressemble à une grosse lampe de poche), il sera capable de se déplacer à travers le vaisseau et atteindre des endroits difficiles. En effet, cette arme permet de créer un nombre limité de clones (sans conscience) et le joueur pourra ensuite transférer sa conscience de l’un à l’autre.

Le but ultime du jeu est d’explorer le vaisseau et d’apprendre ce qui s’est passé à l’aide de journaux de bord trouvés un peu partout. Cependant, pour procéder à une nouvelle section du vaisseau, le joueur devra d’abord résoudre des énigmes qui lui donneront, en guise de récompense, des orbes. Ces dernières lui permettront de déverrouiller des portes qui lui bloquent le passage à d’autres paliers du vaisseau.

Ce qu’il faut savoir, c’est que toutes les énigmes se résolvent à l’aide des clones qui apparaissent là où le joueur vise avec son arme. De plus, ces clones ont la particularité de reproduire tous les mouvements du personnage joué. Le joueur peut ensuite se téléporter là où se trouve le clone. Dans certaines salles, des lumières empêchent le clonage ou la téléportation, donc, le joueur devra faire preuve d’imagination dans ces cas-là.

Côté graphique, c’est rudimentaire et cela va très bien avec l’ambiance du jeu. Le fait qu’il n’y a pas de son (ou presque) renforce vraiment notre sentiment de solitude. Pour ce qui est du gameplay, que ce soit avec le clavier-souris ou encore avec la manette pour PC, c’est d’une simplicité exemplaire. En fait, le vrai challenge du jeu, ce sont les énigmes. Au départ, elles sont simples à résoudre, mais plus vous avancerez dans le vaisseau et plus, elles deviendront complexes. Tout comme l’histoire qui se découvre au fur et à mesure.

En terminant, je recommande ce jeu à tous les amateurs de puzzles. Car, c'est une très belle réalisation développée par le studio finlandais Facepalm Games.

Gr : 5Gm : 5In : 4 // Dv : (7 heures), Prix : 16,99$ (Steam)  

Note : 14/15

Site officiel : http://facepalmgames.com/the-swapper/

Bande-annonce :

26 août 2017

Critique de jeu : SPIDER-MAN - SHATTERED DIMENSIONS


Mieux vaut tard que jamais. :) C’est ce que je pourrais vous dire à propos de ce jeu-ci qui a vu le jour sur la console en premier lieu en 2010, et ce, avant de connaître un nouveau regain de vie sur PC via Steam il y a quelque temps (en 2015). Cependant, je ne sais pas pourquoi il n’est plus disponible pour achat dans la liste des jeux du populaire magasin en ligne (???). Tout ce que je me rappelle, c’est qu’il n’était pas dispendieux, environ 15 $ et, je m’y suis amusé grandement. En fait, de tous les jeux de Spider-Man auxquels j’ai pu jouer jusqu’à présent, ce fut probablement celui qui s’était rapproché le plus de l’univers de fiction de l’homme-araignée, créé par Stan Lee. :)

D’ailleurs, j’ai été surpris de voir que le jeu avait été développé, entre autres, par Beenox qui se spécialisait au début de sa fondation comme entreprise dans le transport des jeux vidéos sous différentes plateformes (conversions). Ce n’est pas un nom qui est très répandu dans l’industrie du jeu vidéo, malgré la bonne qualité de leur travail, mais je dois vous avouer qu’ils ont réalisé tout de même un beau produit. Ils n’ont pas à voir peur du résultat. Étant un ancien lecteur de ce superhéros vers la fin des années '70 et début '80, je crois que le mot d’ordre était d’offrir aux joueurs une immersion similaire à celle de la lecture d’une bande dessinée. Selon moi, ils ont réussi! 

L'histoire débute lorsque Mysterio, maître de l'illusion, tente de s'emparer de la tablette de l'Ordre et du Chaos dans un musée de New-York. Cependant, Spider-Man arrive sur les lieux afin d'arrêter le malfrat et brise la tablette durant leur combat. Chaque morceau de l'objet mythique se retrouvera dispersé dans différentes dimensions, ce qui aura pour effet néfaste d'effondrer les voiles entre les réalités. Grâce à Madame Web, celle-ci entrera en contact avec chaque Spider-Man de ces différentes réalités afin de reconstituer la tablette.

Le joueur pourra jouer alors le Amazing Spider-Man qui retrouve le premier fragment sur les toits du New York des années 1970, Ultimate Spider-Man dans un système de canaux du New York des années 2000, Spider-Man 2099 dans un immeuble de Nueva-York de 2099 et Spider-Man Noir dans la gare du New York de 1933. Ce qui est intéressant est que chaque Spider-Man possède des compétences différentes les uns des autres. J'ai beaucoup aimé le Spider-Man des années '30.

En ce qui concerne les graphiques, comme il s’agit d’une immersion semblable à celle d’une bande dessinée, alors vous verrez que ceux-ci ont été réalisés dans cette optique. Pour ma part, je les ai trouvé parfaits pour l’ambiance et le but recherché. Ils sont plutôt simples, mais efficaces. Après tout, c’est un jeu de combats. D’ailleurs, à ce sujet, même certains méchants ont été créés pour le jeu, et selon moi, ils respectent vraiment le look dans la dimension à laquelle ils sont introduits. 

Je dois souligner aussi le fait que la façon dont se déplace le personnage, ou même encore à la façon dont il se bat (notamment Amazing Spider-Man), on se croirait vraiment dans la bande dessinée. :) Là-dessus, félicitations aux concepteurs d’avoir pu respecter ce détail, fort important, de la personnalité de Spider-Man.   

Pour le jeu, il est divisé en de petites histoires. Chacune d’elle se déroule dans une dimension où vous aurez un super vilain à combattre et plusieurs de ses complices. Les tableaux ne sont pas très immenses, mais ils conviennent bien au style du jeu. Plus, vous explorez les lieux et plus vous aurez la chance de cumuler des points afin d’acheter des compétences (ou plutôt des mouvements de combats spéciaux), et ce, afin d’améliorer votre personnage. Je ne suis pas un grand fan des milliers de combos que l'on peut faire, mais comme le jeu n'est pas dur en soi, vous n'avez pas besoin de posséder une dextérité incroyable pour le réussir.

Pour le gameplay, tout se déroule avec la manette pour PC. Je vous avouerai que je n’ai pas du tout essayé avec la souris et le clavier. ;) Pour la trame sonore originale anglaise, nous retrouvons les voix de certains acteurs populaires, dont Neil Patrick Harris qui fait la voix de Amazing Spider-Man. Toujours aussi verbomoteur! Héhéhé! Pour le reste, c'est du standard.

En terminant, si vous aimez les bandes dessinées de l'homme-araignée, je crois que ce jeu pourrait vous plaire grandement. Cependant, je ne sais plus où il est en vente pour les joueurs de PC, c'est dommage...    

Gr : 5Gm : 4In : 4 // Dv : (9 heures, 100%), Prix : -- (Steam)  

Note : 13/15

Site officiel : http://beenox.com/en/spider-man-shattered-dimensions/

Bande-annonce :

09 août 2017

Critique de jeu : ATTACK ON TITAN - Wings of Freedom


Bien sûr, après avoir écouté judicieusement A.O.T. (la série télévisée manga) sur NetFlix, il me fallait jouer au jeu du même nom. :P D’habitude, les adaptations de dessins animés sont souvent des échecs, mais pas dans ce cas-ci. De plus, c’est la compagnie KOEI TECMO qui s’est occupée de développer ce jeu une fois de plus, car ce n’est pas la première fois que l’on voit leurs produits à l’œuvre. On qu’à penser dernièrement sur ce blogue où j’ai pu jouer à One Piece Pirate Warrior 3 ou encore, Berserk and the Band of the Hawk, tous deux tirés de mangas japonais existants. C'est comme si cette compagnie se spécialisait uniquement dans l’adaptation de dessins animés.

Ceci dit, j’ai adoré ce jeu, voire quasiment dévoré! Héhéhé! ;) Premièrement, parce que les graphiques sont une représentation fidèle du dessin animé. Deuxièmement, parce que le gameplay, comparativement aux deux autres jeux que j’ai mentionnés ci-haut, est beaucoup plus facile. Oui. Au début, il faut s’habituer aux commandes, apprendre à attaquer et tourner autour des titans, mais une fois cela maîtrisé, le reste, c’est un jeu d’enfant. :) Et finalement, je me suis immergé totalement dans le monde des titans, car même si le jeu est répétitif, cela va admirablement bien avec la thématique de l’histoire : il faut tuer des Titans pour que la race humaine puisse continuer de prospérer entre les murs des cités.

Évidemment, si vous n’avez pas vu la série télévisée, le jeu vous permet de reprendre les aspects les plus importants de l’histoire A.O.T., ce qui correspond à la saison 1. Si vous ne connaissez pas l’histoire alors, c’est celle d’Eren Jäger, un jeune homme qui vit dans un monde (cités) où l’humanité est entourée d’immenses murs pour se protéger de créatures gigantesques, les Titans. Ces monstres, d’apparence humaine et dépourvue d’intelligence, n’ont qu’un seul but : manger les humains. Leurs appétits sont sans limites. Nul ne sait d’où ils viennent et comment ils sont apparus sur Terre. Mais en peu de temps, ils ont failli décimer la population mondiale et c’est pourquoi les derniers humains se sont barricadés derrière de gigantesques fortifications. À l’abri depuis près de cent ans, un événement inattendu créera une brèche dans l’un des murs et la menace des Titans sera à nouveau belle et bien réelle pour les défenseurs de l’humanité. Serez-vous capables d’arrêter l’invasion ?

Comme je le disais précédemment, les graphiques ressemblent en tous points aux lieux et aux endroits que l’on voit dans la série télévisée. Et de plus, on y retrouve aussi tous les personnages connus. Les Titans ont la même apparence similaire que celle des dessins animés et pour tout vous dire, c’est qui rend l’ensemble du jeu immersif et crédible. Sur ce point, je vous avoue, c’est très réussi.

Ce jeu est un hack 'n' slash et notre unique mission : c’est celle de protéger les humains contre l’extinction par les Titans, et ce, en incarnant le personnage principal Eren Jäger. Armé de vos deux épées et de votre machine à propulser, vous partirez à l’attaque des envahisseurs. Au départ, j’avais peur que le jeu demande une dextérité trop grande pour pouvoir effectuer des attaques (ex : des combos à exécuter, etc.), mais heureusement pour moi, cela est demeuré simple. Oui, il y a un peu de pratique au début, mais vous maîtriserez rapidement les rudiments. Et croyez-moi venant de la part d’un joueur comme moi qui a toujours eu de la difficulté avec sa manette dans certains jeux japonais, si je vous dis que je peux le faire alors, vous aussi! :))

Évidemment le but ultime de ce jeu est de protéger les villes contre l’invasion des Titans. Chaque étape de l’histoire est un tableau que vous allez devoir explorer et dont vous devez éliminer la présence de tous les Titans vivants (ou presque). À la fin de chaque combat, votre performance est évaluée selon une note. Et vous obtenez aussi des ressources qui vous permettront d’améliorer vos armes et aussi votre équipement. Cependant, la difficulté du jeu n’est pas compromise sur le fait que vous ayez le meilleur équipement possible ou non. La réussite d’un tableau est basée sur certains objectifs à accomplir. 

Ce que vous devez savoir c’est que la majeure partie de l’histoire du jeu est basée sur la saison 1 de la série télévisée. Donc, une fois que vous l’aurez terminée, après plusieurs heures, le jeu ne s’achève pas là. Vous tomberez dans ce que j’appelle la partie 2 du jeu qui consiste à explorer, défendre de nouveaux territoires et vous pourrez toujours continuer à améliorer votre personnage ou encore, à ce stade-ci, essayer d’autres personnages de la série. Selon moi, c’est un bon incitatif pour garder l’intérêt des joueurs. Pour moi, ça a marché!

En terminant, je recommande aisément ce jeu à tous ceux et celles qui ont adoré la série. Pour les autres, essayez-le, et peut-être que vous aussi deviendrez un fan de A.O.T ? Qui sait ? 

PS: Le jeu est en version original, sous-titres en anglais.

Gr : 5Gm : 5In : 5 // Dv : (16 h)  Prix : 66,99$ (Steam)

Note : 15/15

Site officiel : http://www.koeitecmoamerica.com/attackontitan/top.html

Bande-annonce : 

03 août 2017

Bande-annonce : Redeemer

Tiens! Voilà un jeu qui me semble prometteur... :)

Critique de jeu : DEUS EX - MANKIND DIVIDED


En 2011, lorsque la jeune compagnie Eidos Montréal a sorti Deus Ex : Revolution, j’avais acheté le jeu avec de grands espoirs (notamment pour encourager une compagnie de mon petit coin de pays;) ), mais, malheureusement j’avais été très déçu sur plusieurs aspects de ce premier opus. Tellement que je m’étais juré de ne pas acheter la suite. :P Or, Deus Ex : Mankind Divided est apparu sur le marché l’an passé (2016) et ce n’est que la semaine dernière que je m’y suis risqué. Finalement, il est beaucoup mieux que je l’imaginais...

Avec un personnage qui a une apparence qui nous fait penser à Neo dans la Matrice et un environnement qui ne va pas sans nous rappeler le monde de Blade Runner, Deus Ex : Mankind Divided est un petit chef-d’œuvre au niveau du visuel. Les lieux sont peaufinés, crédibles et très bien adaptés à l’univers de la science-fiction. Bien sûr, comme je n’ai pas acheté le jeu à sa sortie, je n’y ai vu aucun problème (bugs). Si ce n’est que les tableaux dans lequel doit évoluer le personnage sont très à long à charger, même pour une machine aussi performante que la mienne. C’est peut-être l’un des reproches majeurs que j’aurais à lui faire, mais je vous avoue en toute sincérité qu’il y a du mérite à être patient, car une fois le chargement terminé, le contenu est fluide. C’est peut-être le prix à payer pour avoir des graphiques aussi beaux. ;)

Pour l’histoire : c’est celle d’Adam Jensen, un ancien policier des forces spéciales dont une grande partie de son corps a été remplacé par des membres cybernétiques à la suite d’une explosion l’ayant laissé pour mort. Aujourd’hui, en 2029, les humains « augmentés » (ayant des membres robotisés) sont une chose courante dans la société. Cependant, ils sont mis à l’écart des autres humains « naturels » à cause d’un événement sans précédent qui a causé la mort de plusieurs milliers de personnes sans augmentation dans le monde. Dès lors, de nouvelles factions sont apparues. D’un côté, il y a les humains « naturels » qui militent contre le droit à l’augmentation, voire même de vivre dans les mêmes endroits que les gens qui en bénéficient, et de l’autre, il y a les humains « augmentés » qui en ont assez de vivre dans un climat d’oppression. Tout cela amènera son lot de fanatiques dans les deux camps et des attaques terroristes connaîtront leurs débuts...

Pour sa part, Jensen (mi-homme mi-robot) qui travaille pour la force spéciale de Interpol se retrouvera aux prises avec un incroyable dilemme : celui de protéger ses semblables contre les injustices ou de continuer à faire respecter la loi malgré l’oppression. Et il sera amené à faire des choix cruciaux lorsqu’il découvrira que des attentats terroristes se trament dans sa ville. Pour quel camp optera-t-il ? C’est à vous de choisir...

Je dois vous dire que j’ai bien aimé l’histoire comparativement à son prédécesseur. J’ai trouvé la trame principale ainsi que les missions secondaires intéressantes. Pour ceux et celles qui n’ont jamais joué à Deus Ex auparavant, ce jeu se classe parmi les FPS et aussi à la fois RPG. En tant que joueur, vous serez amené à ramasser des indices autour de vous afin d’ajouter un peu plus à la compréhension de l’histoire en général. Mais, cela fera aussi appel à votre dextérité au tir au fusil lors des combats. Toutefois, ce jeu peut-être réalisé avec un minimum de confrontations si vous le désirez. Il s’agit tout simplement d’être un peu discret dans vos déplacements ou actions à commettre.

Le personnage possède une série de compétences que vous pouvez améliorer au fil du jeu. Ceci dit, il n’est pas nécessaire de toutes les débloquer pour réussir le jeu. Pour ma part, je n’ai pas du tout débloqué celles cachées qui amenaient de la surtension à mon système biomécanique (oui, celles qui semblaient vraiment amusantes), et j’ai réussi le jeu pareil. Donc, si pour vous dire que si vous êtes discret, vous pouvez pas mal tout réaliser. Dans l’essentiel, vous avez besoin de force pour déplacer les objets lourds et des compétences de « hacking » pour les ordinateurs. Le reste, c'est secondaire. ;) 

Ensuite, vous avez une panoplie d’armes que vous pouvez transporter. Cependant, comme les jeux de Resident Evil, votre espace est limité. Mais, vous pouvez l’agrandir au fil du temps. Pour ma part, un petit fusil lançant des balles électriques m’a suffi pour éliminer toutes les menaces (ou presque). Et si au départ du jeu, j’étais la personne la plus furtive qui soit, je vous avouerai que vers la fin, je me suis à éliminer allègrement tous les policiers de la ville, et ce, pas d'une façon subtile. Je crois qu’en ayant accompli toutes les missions secondaires avant de réaliser la trame principale, cela m’a donné assez d’expérience pour devenir une véritable machine de combats.

Coté gameplay : j’y ai joué avec le clavier et la souris. Pour les jeux de tirs, en général, cela est mon style de configuration préféré. Et comme les tirs à la tête sont importants dans ce jeu, alors la précision est de mise dans ce cas-là. J’ai donc laissé ma manette de côté. De plus, je dois souligner l'excellence de la musique dans le jeu qui nous rappelle celle de Vangelis (Blade Runner) et qui va bien avec l’ambiance. Et ce, sans oublier, la traduction francophone qui est bien réalisée.  

Comme points négatifs, il y a quelques aspects qui sont répétitifs dans le jeu : notamment les piratages d’ordinateurs et aussi le fait que l’action se déroule en majeure partie dans la ville de Golem. On réalise beaucoup de va-et-vient entre les quartiers. Cependant, les concepteurs ont été assez futés pour mettre, au cours de l’histoire, deux ou trois tableaux supplémentaires pour faire sortir le joueur de son encadrement familier. Et cela, je crois que c’est une très bonne idée puisque ça enlève la monotonie des lieux trop souvent visités et ajoute du piquant pour le joueur. En tous cas, moi, cela a gardé mon intérêt jusqu’à la fin du jeu.

En terminant, je recommande facilement ce jeu à tous puisque c’est une belle réalisation en soi. Je suis content que la compagnie Eidos Montréal (avec Square Enix) ont su améliorer le jeu comparativement à son prédécesseur, et ce, sur plusieurs aspects. Félicitations! Et bon jeu...

Gr : 5Gm : 5In : 4 // Dv : (30 h)  Prix : 69,99$ (Steam)

Note : 14/15

Site officiel : https://www.deusex.com/

Bande-annonce :