03 février 2015

Critique de jeu : DYING LIGHT


Voici un jeu que j'attendais depuis longtemps et malheureusement, mes impressions sont plutôt mitigées. La compagnie Techland qui nous avait offert "Dead Island", nous revient en force avec ce nouveau jeu de zombies qui, à première vue, me semblait très prometteur. Peut-être est-ce de ma faute ? Je m'attendais à un jeu FPS mais, ce n'est pas tout à fait le cas. En fait, comme dans la bande-annonce, préparez-vous à faire la gazelle en sautant d'un toit à l'autre plutôt que de jouer au forcené et tuer tout ce qui bouge.

Bref, j'étais loin de me douter que les concepteurs du jeu allait nous offrir un remake du jeu "Mirror's Edge" avec une trame de fond de film d'horreurs. Et cela a été ma toute première déception. À part de tuer des zombies ou des bandits quand c'est absolument nécessaire, on peut tout éviter en courant. Vous pouvez quasiment faire le jeu avec le minimum de combats. Admettons que le challenge ne fut pas très élevé pour ma part

L'autre point de déception, ce fut la grande instabilité du jeu vidéo, coté visuel. C'est buggé et encore buggé! :( J'en suis même venu à douter de mon ordinateur et de ma carte vidéo mais, non! Le jeu a été développé vraisemblablement pour supporter du 1440 x 900 et non, la résolution native de mon écran. De plus, j'ai été obligé de perdre mon temps à jouer avec la configuration du jeu pour essayer d'obtenir le meilleur rendu possible. Finalement, c'est en créant une configuration spéciale pour le jeu dans les paramètres de ma carte vidéo NVIDIA que j'ai pu augmenter certains paramètres pour que je puisse faire fonctionner le tout sans anicroches. Ouais, voilà quelque chose que monsieur et madame tout-le-monde ne peuvent sûrement pas faire avec facilité. Je n'ai pas de félicitations à faire de ce coté-là aux concepteurs du jeu. 

Pour le reste, les graphiques du jeu sont très beaux et la carte des lieux intéressante mais les visages des personnages sont très répétitifs. Un peu comme dans Dead Island. :P On ne mise pas sur la diversité, si ce n'est que pour celle des personnages principales de l'histoire. Et parlant d'histoire, la voici : on joue le rôle de Kyle Crane, un soldat qui travaille pour la GRE, une espèce de compagnie douteuse qui nous rappelle étrangement celle de la Umbrella Corporation de Resident Evil. Donc, le jeune homme doit s'infiltrer dans une ville en quarantaine où un virus a transformé la populace en zombies. Sa mission est de retrouver un dossier qui pourrait détruire la réputation de la compagnie. Et pour cela, il doit s'allier aux survivants afin de retrouver le mystérieux dossier.

Ok, l'histoire n'est pas des plus géniales mais j'ai vu pire. Crane devra accomplir diverses missions à travers la ville afin de gagner en expérience, de développer ses techniques de course et de combats. Il aura aussi l'occasion de confectionner des armes intéressantes, et devra faire très attention s'il désire utiliser des armes à feu car, cela attire les zombies. Cette partie du jeu ressemble étrangement à celle de Dead Island. Donc, si vous y avez joué, vous ne devriez pas trop être perdu dans la façon de créer vos armes. Toutefois, je trouve que la navigation dans les menus n'est pas des plus simples mais on s'habitue à la longue. C'est comme la course, au début du jeu, je n'étais pas très bon, et à la fin, je crois que je me débrouillais pas mal mieux.

Ceci dit, le fait d'utiliser une manette de jeu rend la manipulation plus facile des options à faire, mais quelques fois, le double-clique du joystick pour effectuer une course ne semblait pas toujours fonctionner. Je ne comprends pas pourquoi les concepteurs du jeu n'ont pas pensé à utiliser les boutons "triggers" de la manette, ou même encore "RB" ou "LB" pour courir. Bref, j'avoue avoir émis quelques jurons d'insatisfaction quand j'ai eu des problèmes de déclenchement de course. 

Un point intéressant, c'est que le jeu passe du jour à la nuit. Toutefois, je ne sais pas si c'est moi mais au début, je croyais vraiment que les journées passaient trop vites. Pas le temps d'explorer. :P De plus, j'avais vraiment une crainte de me promener la nuit par peur de me faire tuer par des créatures qui ne sortent que sous le couvert de l'obscurité. Finalement, après un certain temps, lorsque l'on réalise que mourir n'est pas si punitif que cela, on se risque de plus en plus à sortir dehors. Mourir nous ramène toujours à un endroit de sûreté le plus près de nous, on ne perd pas notre matériel, sauf des points. Et je me suis toujours demandé, des points de quoi ??? Probablement de l'expérience, mais personnellement, je ne trouve pas cela très méchant. :) Le gain de niveau dans les différentes compétences est relativement rapide. Je n'ai malheureusement pas jouer au jeu avec la souris et le clavier. Donc, je ne peux pas vous parler de cet aspect. 

Puis, lorsque j'ai enfin terminé le jeu, je vous avoue que je n'étais pas si enthousiaste que cela. Je ne saurai l'expliquer mais il manque quelque chose. Peut-être est-ce dû au fait que l'on saute tout le temps ? L'histoire banale ? J'avais peut-être de trop de grosses attentes envers Dying Light. De plus, il y a bien des trucs que l'on voit dans les bandes-annonces que je n'ai jamais pu faire dans le jeu. En particulier, les combos de combats...

En terminant, je sais que beaucoup de joueurs PC ont de la difficulté à faire rouler ce jeu sur leur machine, alors il est impératif de vérifier les capacités de votre ordinateur avant de l'acheter. De plus, jouer à la gazelle risque de ne pas intéresser les joueurs qui sont des fans de FPS. Quant à l'exploration du monde ouvert, si les journées ne passaient pas aussi vites, peut-être que ce serait vraiment amusant d'explorer tous les recoins de ce jeu. Je ne dis pas que ce jeu n'est pas intéressant, mais sachez bien de quoi il s'agit avant de l'acheter et que c'est réellement ce à quoi vous voulez jouer...
       
Gr : 4Gm : 4In : 3 // Dv : 2 (20 heures mission principale), Prix : 59,99$ (Steam)

Note : 11/15

Site officiel : http://dyinglightgame.com/

Bande annonce :