16 janvier 2014

Critique de jeu : METAL GEAR RISING : REVENGEANCE

Quand j'ai vu ce jeu annoncé pour la première fois sur Steam avant le temps des fêtes, je l'ai acheté immédiatement. À l'habitude, les jeux asiatiques ont de beaux graphiques, de belles animations, etc. Pour cela, Metal Gear Rising respecte la norme. Et pour tout vous avouer, je ne connaissais pas la franchise des jeux de Metal Gear. Donc, c'est une raison de plus qui m'a motivé à faire cet achat. À première vue, on aurait pu croire à un Devil May Cry ou un autre jeu du même genre. Toutefois, il en demeure différent sur certains points.

Mon avis est très partagé face à ce jeu. Oui, les graphiques sont très beaux et très inspirés par les stéréotypes de méchants (usés jusqu'à la corde) que l'on retrouve dans la plupart des bandes dessinées "mangas" du même genre. Je veux dire que les visages des personnages, on les a déjà vu des centaines de fois ailleurs. Alors, pas de nouveautés de ce coté-là! Les cinématiques au début du jeu sont intéressantes mais plus on progresse dans l'histoire, et plus elles me semblent courtes et inutiles. C'est comme si on voulait étirer l'intrigue de l'histoire mais sans y arriver. Et que dire des expressions des personnages quand ils parlent ? Des sentiments super exagérés, même trop, pour le peu de la gravité des situations rencontrées. Mais là, je reconnais bien la façon de jouer des acteurs du cinéma asiatique. J'en ai quelques-uns des films comme ça dans ma collection, et si vous en avez vous aussi, alors vous savez de quoi je parle. Héhéhé!

Et sans aucun doute le point qui m'a littéralement ennuyé, et j'ai failli abandonner le jeu pour cela : ce sont les dialogues interminables avec leurs morales insipides. C'est quoi cette manie de vouloir expliquer toutes les motivations de tous les personnages dans le jeu ? Hey, ce jeu ne s'adresse pas à des enfants mais à des adultes, non ? Nous sommes capables de penser par nous-mêmes, de tirer nos propres conclusions! Et c'est quoi cette philosophie à 2 sous que les méchants, qui sont des tueurs en série (dois-je préciser), tentent d'embrouiller le héros avec ? Un tueur qui reproche au héros de mal agir !? T'es un tueur, bordel! En quoi ton opinion compte pour le héros ? En tout cas, moi, si j'ai à me battre avec un tueur, est-ce que j'ai besoin de vous dire qu'il n'aura pas le temps de me parler du sens de la vie que je vais lui avoir placé mon poing au travers de la figure! Je sais pas, c'est la mentalité asiatique de tout expliquer, j'ai déjà lu cela dans quelques livres mangas. Donc, j'imagine qu'il faut faire avec la culture du pays qui a fait le jeu. Finalement, je crois que ce jeu s'adresse en premier lieu aux ados mais je n'en suis pas si sûr, car avec tout ce verbiage, je doute que cela les intéresse à fond. En plus, il y a même une option sur le téléphone cellulaire du héros qui permet d'ajouter des conversations interminables avec vos collègues de travail. Si jamais l'ennui s'empare de vous...

Ensuite, il y a les voix qui font la traduction sonore anglophone qui laissent vraiment à désirer. Le pire des cas dans tout le jeu fut le jeune garçon mexicain qui avait de la difficulté à parler en anglais. Non seulement, il parlait comme un débile attardé mais en plus, il avait la voix d'un homme adulte qui n’essaie même pas de se forcer pour avoir une voix d'enfant. À en pleurer de rire au début, et à en grincer des dents à la fin. Heureusement, on ne le voit pas souvent dans le jeu. De quoi rendre fou!

Bon. Malgré tout cela, la force du jeu réside dans les combats. Donc, plus on fait des attaques diversifiées contre les ennemis, et plus on a une note d'évaluation élevée de nos combats. Ce qui donne au joueur plus de points pour acheter de nouvelles compétences pour le personnage principal. Sur ce point, cela ressemble au jeu Devil May Cry. Par contre, dès le début du jeu, on ne connaît pas tout car le tutorial du jeu survole les possibilités de combats. Par exemple, moi, c'est après avoir complété plusieurs tableaux que j'ai finalement découvert, -presque par hasard-, toutes les possibilités de combats que pouvait faire le personnage principal. Avoir su cela plus tôt, j'aurais peut-être eu de meilleures notes au début du jeu. :P

Donc, pour le gameplay, sans être nécessairement compliqué avec une manette, il aurait pu être mieux expliqué que cela. Je n'ai même pas osé essayer ce jeu avec le clavier et la souris. Est-ce possible ? On peut y faire des combos qui font de beaux mouvements spectaculaires à l'écran. Et il y a même un mode ralenti qui permet de trancher les adversaires et les véhicules en de tout petits morceaux. Très hilarant! Si vous aimez les combats, vous allez être servis.

En terminant, je me suis tout de même amusé avec MGRR. Mise à part, à la fin, où le Boss me semblait vraiment pas équilibré pour la difficulté globale du jeu. Il était trop puissant! C'est un jeu qui s'adresse à ceux et celles qui aiment les jeux de bagarres comme Devil May Cry. Y a 2 modes supplémentaires que je n'ai pas essayé dans le jeu et qui permettent de revisiter les tableaux. Est-ce que cela va me pousser à refaire le jeu ? Je ne crois pas! Honnêtement, la série DMC est meilleure que MGRR mais, si vous les avez déjà faits, alors faîtes celui-ci. Pour le prix ? Il n'en vaut pas la peine, il est trop cher pour le peu de temps que l'on peut lui consacrer. Attendez qu'il soit en rabais...

Gr : 4 Gm : 4 In : 3 // Dv : 1 (6 heures, 30 min.), Prix : 29,99$ (Steam)

Note : 11/15
























Site officiel : http://www.konami.jp/mgr/fr/

Bande annonce :