07 mars 2013

Critique de jeu : TOMB RAIDER (2013)

Qui ne connaît pas la plantureuse Lara Croft ? Véritable héroïne fictive, le penchant féminin d’Indiana Jones, qui a vu le jour en 1996 avec la série des jeux vidéos très populaires « Tomb Raider », et qui a été développée par Square Enix. Depuis, des adaptations imprimées, des séries de dessins animés, deux longs métrages (où elle est incarnée par Angelina Jolie), des accessoires de toutes sortes, des pubs télévisées ont vu le jour. Elle est même dans le livre des Records Guiness comme « héroïne humaine de jeu vidéo ayant le mieux réussi ». Ce n’est pas peu dire. Bref, elle n’a plus besoin d’introduction.

Pour ma part, j’ai toujours été un fervent amateur de ses jeux. Et au fil des années, le personnage s’est peaufiné davantage. Surtout, depuis que la compagnie « Crystal Dynamics » a hérité de la licence du jeu et a rendu le look de l’aventurière plus crédible. Elle est devenue plus humaine qu’une simple poupée gonflable. Hormis son nouveau look, les jeux sont devenus plus beaux graphiquement et les puzzles à résoudre plus complexes. Or malgré cela, je trouvais que la compagnie « Crystal Dynamics », qui avait tenté de relancer la série en 2006 avec « Legend » et « Underworld » semblait se chercher encore.  Avec la sortie de « Lara Croft and The Guardian of Light » avec sa vue isométrique qui, selon moi, fut le plus faible de la série, cela laissait planer un mauvais présage. J’en étais même venu à croire que c’était la fin du personnage et que l’on finirait par l’oublier…

ERREUR !!! Pour qualifier de manière polie, c’est un GROS cr.. de coup de poing sur la gueule que j’ai reçu, métaphoriquement parlant bien sûr, en jouant à TOMB RAIDER 2013. Ce jeu sera indéniablement un des jeux marquants de l’année 2013, si ce n’est pas le JEU de l’année selon moi. Vous vous demandez bien ce que « Crystal Dynamics » a bien pu faire ? Je vais vous le dire :

Il fallait que la compagnie donne un nouveau ton au jeu afin de ne pas embourber les fans de longue date ; offrir aussi un jeu à la saveur du jour au point de vue technologique, et ce, sans répéter les manières de faire des autres jeux précédents de la série. Tout cela, afin de satisfaire les « gamers » de la nouvelle génération. Sans aucune honte, je crois que la compagnie a regardé ce qui se faisait de mieux en ce moment sur le marché et a mis la barre aussi haute, sinon plus. La compagnie aurait pu très bien décider aussi de viser uniquement le jeune public pour se faire des nouveaux fans mais je crois qu’ils ont davantage mis l’emphase sur les fans de longue date. Ils ont probablement tous la quarantaine aujourd’hui comme moi ! Ce n’est pas Georges Lucas qui aurait pensé faire cela avec Star Wars épisodes 1, 2 et 3 adressés à un public de 8 ans et moins. :P Hum ! Donc, comme vous avez pu le deviner, c’est un jeu pour 16 et plus. Pour jeunes adultes et adultes.

On est loin de la petite histoire à l’eau de rose. Quand tu as un passage où un mercenaire tente de violer Lara Croft et qu’elle le tue d’une balle dans la tête à bout portant. Et pendant quelques secondes, on voit le gars agonisant son dernier souffle avec un crâne à moitié broyé, on se rend compte qu’on ne joue plus aux vieux « politically correct » jeux d’antan de la série. On vient de passer à la vitesse supérieure comme le dit si bien un de mes collègues de bureau, héhéhé! Bref, vous voyez ce que je veux dire.

Alors l’histoire : c’est une jeune Lara Croft, dans le début de la vingtaine, plutôt nerveuse et aussi insécure sur son avenir, qui part en voyage pour l’une de ses premières expéditions archéologiques. Malheureusement son bateau fait naufrage en cours de route et elle se retrouve échouée sur une île. À peine désire-t-elle retrouver les autres naufragés du bateau qu’elle est capturée par une bande de mercenaires qui semblent tuer tout le monde pour un oui ou un non.  Alors, seule, blessée et affamée, la jeune Lara Croft devra surmonter des obstacles, survivre aux ennemis et essayer de rejoindre les rescapés tant bien que de mal. Or, elle découvrira qu’un mystère se cache sur l’île, un mystère qui s’avère un culte étrange, voir même démoniaque. Oui, c’est un peu « Cthulu »-esque, je l’avoue !

Coté graphique du jeu, j’ai mis toutes les options au maximum de mon ordinateur. Ce n’est pas compliqué : les cinématiques sont d’un réalisme incroyable, cela ferait un excellent film. Et les cinématiques « in-game » sont tellement belles que la transition entre elles et le jeu en soi sont pratiquement invisibles. Le personnage de Lara Croft est d’un grand réalisme au point de vue de son look, qui est fort jolie soit dit en passant, et aussi de ses déplacements qui nous semblent réels. Je crois que la compagnie a utilisé des « motions capture » pour rendre le personnage le plus crédible possible. Les décors sont détaillés avec tant de soin lorsque l’on joue on se croit dans une cinématique. L’immersion est complète. Si j’avais à comparer un jeu qui offre le même genre d’immersion et de fluidité des mouvements, ce serait « Assassins Creed 2 ou 3 ». En fait, je dirais même que TOMB RAIDER 2013 fait un peu de plagiat du crédo populaire d’Ubisoft.

On a des attaques furtives sur les ennemis, une vision d’aigle, des objets à ramasser, des recoins à explorer et les traditionnels puzzles à résoudre. Qui sans cela, ne serait pas un TOMB RAIDER. On peut chasser les animaux, se déplacer rapidement d’un point de sauvegarde à l’autre sur la carte, faire l’amélioration de nos armes, gagner de l’expérience et des compétences, ce qui est une nouveauté en soi pour ce style de jeu. Je ne cacherai pas que cela me fait penser aussi à Far Cry 3, un autre jeu d’Ubisoft. Toutefois, avec une ambiance très réussie.

Mes points négatifs : Quand le personnage se déplace, elle a tendance à tourner la tête vers des points dans le décor, comme si elle voulait nous indiquer quelque chose alors qu’il n’y a rien du tout. C’est un peu lassant. Par exemple, elle court en ligne droite, et regarde à sa gauche sans aucune raison apparente et semble ne pas en démordre pendant plusieurs secondes. Ce qui fait bizarre, surtout lorsque les méchants nous courent après. Autre point, il y a des « triggers » dans le décor qui déclenche l’apparition de certains ennemis, des loups par exemple. Alors, au début du jeu, j’explorais un pont et qui à chaque passage dessus attirait des loups. J’ai dû passer environ 10 fois dessus (aller-retour) alors vous imaginez la suite. Je trouvais cela un peu répétitif. Mais, je crois que cela faisait partie du tutorial du jeu car je n’ai pas eu cela par la suite.

Dernier point, et qui selon moi est le pire : c’est la caméra qui suit le personnage bouge tout le temps, voire sans arrêts. Quelques fois, cela me donne le tournis. C’est comme si on avait demandé à une personne avec une caméra épaule de suivre Lara Croft dans le décor accidenté. Ça bouge en mouvement, ok. Je le comprends. Mais j’ai beaucoup de misère à croire que la caméra devrait bouger lorsque le personnage se repose, assis sur le sol. C’est comme un peu trop. Quelques cinématiques sont mêmes un peu étourdissantes à cause de cela.

Coté « Audio » et « Gameplay » (avec une manette XBOX 360 pour PC), je n’ai rien à dire là-dessus, c’est parfait. Facile d’utilisation comme les jeux précédents et la qualité sonore est très bonne, ce qui aide à l’immersion dans le jeu. En terminant cette longue critique, je recommande ce jeu sans aucune hésitation pour les fans de la série, et même les nouveaux « gamers » qui adorent les jeux à la « Assassins Creed ». Encore fois, l’immersion est incroyable. On se croirait dans un film de la jeune héroïne. Et avec cette nouvelle approche, je crois que « Crystal Dynamics » a visé juste et tient une excellente piste pour relancer la franchise du jeu.

Gr : 5, Gm : 5, In : 5 // Dv : 4 (26 heures), Prix : 49,99$ (Steam)

Note : 15/15


Site officiel du jeu : http://www.tombraider.com/fr/base/home?refer=184

Bande annonce :