07 janvier 2018

Critique de jeu : KING'S QUEST


Et dire que j’ai failli passer à côté de ce jeu incroyable!!! :P Non, non, je ne plaisante pas. Je suis sérieux. C’est vraiment un jeu de très grande qualité. Écoutez, il y a très longtemps, j’ai joué aux jeux de la série des King’s Quest originale. C’était dans les années '80 (oui, je suis vieux, lol!) et j’en ai fait plusieurs. Cependant, lorsque j’ai su que l’on reprenait la licence de ce jeu dernièrement, je ne m’y suis tout simplement pas intéressé. Je me disais que cela allait être un simple jeu de point & click ordinaire avec des meilleurs graphiques et c'est tout. Quelle erreur!!! Or, si cela n’avait pas été le cas que l’épisode 1 est disponible et gratuit pour tous,  je ne l’aurais sans doute jamais essayé. J’ai été véritablement conquis. Ce jeu est pour toute la famille!

Dès les premières minutes, j’avais l’impression de revivre une ambiance comme Dragon’s Lair ou mieux encore, de jouer à l’intérieur d’un film d’animation de Walt Disney. :) Oui, c’est aussi génial que cela! De plus, oubliez d’y jouer avec une souris et un clavier, ce jeu peut se réaliser facilement avec une manette Xbox pour PC. Pour l’occasion, j’y ai même joué sur ma télé de 60 pouces et je dois vous dire que les graphiques de dessins animés sont tout à fait sublimes.

L’histoire est celle du roi Graham qui raconte ses aventures à sa petite nièce alors qu’il était encore un jeune chevalier de Daventry à la conquête d’aventures. En tant que joueur, vous allez revivre sa jeunesse en élucidant des puzzles et en découvrant un monde enchanteur auquel se joignent des personnages très coloriés et hilarants. Le premier épisode m’a pris environ 6 heures pour le terminer, ce qui est bien quand on pense que ce jeu est épisodique et qu'il est divisé en 5 parties. Des heures qui m’ont incroyablement diverti et aussi bien fait rire. C’est un jeu fantastiquement intelligent et drôle.

Pour le gameplay, c’est simple que ce soit au clavier ou à la manette. Pour la musique, elle correspond à l’ambiance. J’ai bien aimé les voix des personnages rencontrées (v. o.a) qui sont très stéréotypées afin d’aller de pair avec leurs caractères. Félicitations! Même l'aspect sonore et dialogues sont intéressants.

En terminant, je recommande ce jeu à tous les types de joueurs. Il est très bien réalisé, un petit chef d’œuvres qui combine humour, divertissement et résolution de puzzles (plutôt facile). Le genre de jeux que je jouerais en famille sans hésiter et qui, oui, je l'avoue, m'a fait retombé un peu en enfance grâce à son coté fantasy. J'espère que les autres épisodes sont aussi amusants. Pour le prix, c'est excellent. Un coup de circuit!

Gr : 5Gm : 5In : 5 // Dv : (6 heures), Prix : Ep. 1 (Gratuit) Ep. 2-5 : 24,99$ (Steam)  

Note : 15/15

Site officiel : http://www.sierra.com/kingsquest

Bande-annonce :

Critique de jeu : THE DWARVES


The Dwarves, voilà un jeu auquel je ne m’attendais à rien du tout, mais qui renferme un excellent potentiel d’idées. Plusieurs aspects du jeu sont vraiment intéressants. Toutefois, il en manque encore un peu pour que ce soit une excellente réalisation à mon avis. Sur ce, je m’explique...

Le jeu en soi est basé sur la série de livres du même nom et écrite par l’écrivain d’origine allemande : Markus Heitz. Personnellement, je ne connaissais pas du tout ces livres et cela ne m’a pas empêché d’apprécier ce jeu. Or, ma critique ne comportera pas sur le fait de savoir s’il correspond aux livres ou non, mais plutôt de savoir si c’est un bon jeu à la base. 

Pour l’histoire, c’est celle Tungdil, un nain forgeron qui a été élevé parmi les humains. Il sait qu’il existe cinq royaumes de nains qui se sont portés tout au long de leurs existences à la défense et à la protection du royaume (humains, nains et elfes tous confondus), mais il ne les a jamais visités (seulement en livres). Or la menace des orques et des gobelins sur les territoires frontaliers est de plus en plus présente, et bientôt celle-ci mettra tout le pays à feu et à sang. Alors, le tuteur de Tungdil lui confie une mission : celle de porter des artefacts à un endroit précis pour aider la cause, cependant, notre ami est loin de se douter que cette simple tâche qui semblait banale au début deviendra un véritable combat pour sauver le monde. 

The Dwarves mélange de bonne façon un jeu qui ressemble à un jeu de plateau de table avec des combats en temps réels. Combats que l’on peut mettre sur pause afin de donner des ordres précis à chacun de nos personnages. On a déjà vu ce style de combats dans des jeux comme Dragon Age par exemple. Il y a quelques bonnes animations en général, des dialogues lorsque vous rencontrez des personnages et entre les combats, vous vous promenez sur la carte du royaume. Vous avancez tour à tour à des endroits méconnus et des événements peuvent se déclencher. Par exemple, un combat contre un ennemi, des situations (dialogues) où vous devez prêter main-forte à quelqu’un, etc.

C’est probablement sur cet aspect que le jeu me semble vide de contenu. À moins que je n’aie pas été chanceux ou que je ne suis pas passé par des endroits clés, mais je n’aie pas rencontré beaucoup d’obstacles sur mon chemin. Je n’ai pas eu trop de combats, hormis ceux qui sont inévitables comme forcer le passage pour aller aux mines de fer. Ce qui est étonnant, c’est que tout le long de l’aventure, j’ai cumulé de l’argent, mais je n’ai pas vu de vendeurs ou de marchands itinérants. Bref, malgré la bonne idée de se déplacer sur une carte, c’est plutôt tranquille. À mon avis, il y aurait eu davantage à développer ce point-là, faire plus de rencontres aléatoires, arrêter dans les villes pour acheter des provisions, des armes, etc., etc. Dans tout le jeu, je crois que j’ai eu environ une dizaine de combats à faire. Ce qui est peu. Et les quelques rares lieux où l’on arrête (parce que l’histoire est faite ainsi), il n’y a pas grand-chose à explorer. Quelques dialogues à faire et c’est tout.

On a la chance aussi de rencontrer des amis qui se joindront à l’expédition de Tungdil. Pour ma part, plusieurs d’entre eux m’ont apparu tout à fait inutiles. Je veux dire que j’ai utilisé presque toujours les mêmes personnages pour l’entièreté du jeu. À la fin, les derniers combats se succèdent les uns après les autres, et ce, sans aucun répit. Je veux dire que si vous avez terminé un combat sur le point de mourir alors vous commencerez le suivant dans le même état. :( Et vous n’avez même pas la possibilité de sauvegarder votre partie entre les combats. Bizarre! Heureusement pour moi, je ne suis pas mort, mais j’imagine la frustration d’un joueur s’il doit recommencer tous les combats de fin du jeu. :P.

Pour les graphiques, je les ai trouvés corrects. Je veux dire qu’ils sont dans la norme de ce genre de jeu. Pour le gameplay, j’y ai joué avec le clavier-souris et c’est simple. Même les compétences des personnages sont simples et aussi limitées à + 1 objet à utiliser. Et sincèrement, elles sont assez compréhensibles pour savoir lesquels vous avantagent et celles qui ne le sont pas. Encore une fois, il aurait peut-être eu matière à développer cet aspect de graduation des compétences comme dans les autres grands jeux de RPG connus. Je dois souligner que la musique est vraiment intéressante. Et j’ai été surpris d’apprendre que c'est l’un de mes groupes de musique préférés : Blind Guardian qui a composé la chanson thème du jeu. Que vous pouvez voir sur YouTube au lien suivant : https://youtu.be/F5X7MXfLxEg.

En terminant, le jeu m’a tout de même bien diverti pour les quelques heures que j’y ai consacrées. Je n’ai pas eu de bogues ou quoi que ce soit de ce côté-là. À mon avis, c’est un jeu intéressant, mais qui aurait pu être grandiose si on avait pris le temps de mettre un peu plus de viande autour de l’os. Pour son prix versus son contenu, il est définitivement trop dispendieux. Attendez qu’il soit à rabais pour vous y risquer. C’est ce que j’ai fait!

Gr : 4Gm : 4In : 4 // Dv : (8 heures), Prix : 49,99$ (Steam)  

Note : 12/15

Site officiel : https://kingart-games.com/games/6-the-dwarves/

Bande-annonce : 

05 janvier 2018

Critique de jeu : THE DARKEST DUNGEON


Êtes-vous êtes un fan de jeux d’horreurs de Cthulhu ? Oui ? Alors, ce jeu-ci est vraiment pour vous! :) The Darkest Dungeon est une très belle réalisation s’inspirant du maître de l’horreur du début du siècle HP. Lovecraft. Malheureusement, ce jeu était passé sous mon radar et ce n’est que des années après sa sortie (2016) que je le découvre enfin. En fait, il s’inspire de plusieurs sources d’idées à la fois, car il mélange l’exploration de donjons, pur et simple, comme au bon vieux temps des premiers RPG et un système d’accablement des personnages : c’est-à-dire que vos héros peuvent souffrir de perte de santé mentale au point de devenir paranoïaque, masochiste, peur irrationnelle et plusieurs autres.

Introduit dans un jeu à l’apparence 2D (vue de côté) les graphiques sont admirablement bien stylisés pour se conformer avec l’ambiance obscure et effroyable des lieux. Même la musique mélancolique s’y porte bien. C’est un jeu de stratégie de combats tour par tour. Cependant, il vous faudra bien réfléchir à vos actions avant de faire quoi que ce soit. Ce jeu est plutôt difficile, et ce, si vous ne savez pas abandonner au bon moment. :P

L’histoire débute avec vous (le joueur) qui hérite d’une immense propriété au sommet d’une colline qui surplombe un village. Votre but est de nettoyer les bas-fonds des environs, les multiples donjons afin de vous rendre, sain et sauf, à votre manoir et mettre un terme aux forces du mal qui y pullulent.

Ce que vous devez savoir est que ce jeu possède plusieurs donjons à explorer et que vous devez détruire le mal qui s’y cache. Chaque donjon possède un nombre limité de pièces connues d’avance apparaissant sur une carte. Vous vous déplacez d’une pièce à une autre comme dans un jeu de Donjon & Dragons sur table, ou encore comme dans les vieux RPG des années '90. MAIS, en aucun cas, vous êtes obligés de terminer l’exploration complète d’un donjon. En effet, plusieurs fois, vous n’aurez pas le choix de quitter les lieux, et ce, pour y revenir un autre jour. Tout simplement parce que vos personnages ne sont pas assez forts, ou encore trop mal en point (sur le bord de mourir) ou encore atteints de folie furieuse pour continuer.

Bref, avant chaque donjon à explorer, vous aurez la chance de guérir vos personnages de votre équipe (max : 4 perso.), acheter de l’équipement, acquérir de nouvelles compétences, recruter de nouveaux membres. Il est important de savoir que dans ce jeu, les personnages ne sont pas importants.  Comme dans n’importe quel jeu de Cthulhu, il arrive que des gens meurent et il vous faudra les remplacer. Ne partez pas avec l’idée de pouvoir garder le même personnage du début à la fin, sinon vous risquez d’être déçu. C’est l’atteinte des objectifs qui compte, et ce, peu importe avec quelles personnes vous le faîtes. Il y a plusieurs classes de joueurs dans ce jeu. Une équipe mixte est toujours une combinaison gagnante à mon avis.

Un autre point est que l’argent est limité. Il vous faudra faire des choix cruciaux. Est-ce que je guéris quelqu’un ou j’achète de l’équipement ? Est-ce que j’augmente les compétences de l’un ou je conserve mon argent pour un meilleur investissement ? Bref, vous aurez des décisions difficiles à prendre. Un point intéressant est que vous pouvez toujours revisiter un donjon que vous avez fait. La rejouabilité de ce jeu est vraiment intéressante. J’ai joué à ce jeu avec la souris et clavier et c’est d’une incroyable facilité. Il n'en faut pas plus pour bien comprendre son sensemble.

En terminant, je recommande facilement ce jeu aux fans de jeux à la « Call of Cthulhu », aux stratégistes aguerries, et aux joueurs qui aiment les défis. Cette superbe réalisation est vraiment digne d’intérêt et pour son prix, vous en avez pour votre argent. Il vous occupera pendant des heures et des heures...

Gr : 5Gm : 5In : 5 // Dv : (60 heures et +), Prix : 27,99$ (Steam)  

Note : 15/15


Site officiel : http://www.darkestdungeon.com/

Bande-annonce :